Accueil Actualités Sa rencontre avec Wade : Ousmane Sonko guetté par le syndrome Idy

Sa rencontre avec Wade : Ousmane Sonko guetté par le syndrome Idy

Au sortir de la présidentielle de 2007, Idrissa Seck qui était classé deuxième derrière Wade avec 14% de l’électorat a vu sa cote de popularité montée. Ce qui avait empêché le tombeur de Diouf en 2 000 de dormir tranquille et de gouverner le pays. Il avait peaufiné une stratégie pour briser l’élan de sympathie dont bénéficiait son ancien premier ministre qu’il avait blanchi après des mois en prison.

Bis repetita…. Même si le contexte n’est pas semblable. Wade qui a vu son fils classé hors de la course au fauteuil présidentiel, perdant ainsi son aura auprès de l’opinion, parce que rangé aux oubliettes, débarque à Dakar et rencontre Ousmane Sonko. Celui qui ravi en ces temps qui courent la vedette de popularité à son fils. Il avait brisé l’élan de Idrissa Seck au sortir de la présidentielle de 2007, Ousmane Sonko est la cible aujourd’hui. Il lui dresse les lauriers, histoire de casser son dynamisme…

Wade, le briseur de popularité…

Lors de la présidentielle de 2007, Idrissa Seck, farouche opposant à Wade qui l’avait mis en prison, était arrivé deuxième derrière Wade et devant Niasse et Tanor.

Ce qui étai incroyable aux yeux du Pape du Sopi. Ainsi, en vrai homme politique, Me Wade n’avait qu’une seule intention, briser l’élan de popularité de son ancien premier ministre, en l’invitant au palais. Bien après cette audience, et après les élections législatives de 2007 qui avaient été boycottées par l’opposition significative dont Rewmi de Idrissa Seck, alors que la situation politique nationale était tendue, le président Wade avait encore fait une sortie pour tendre la main à l’enfant de Thiés.

Rewmi avait non seulement donné carte blanche à son président Idrissa Seck pour aller discuter avec le chef de l’Etat, secrétaire général national du Pds, mais avait quitté le cadre unitaire dans lequel il était avec d’autres formations de l’opposition. Ce qui avait contribué à son isolement, d’autant plus qu’il n’y avait pas eu de suite après l’appel du chef de l’Etat.

…Chute libre

Le candidat de la coalition Idy4président, Idrissa Seck était malheureux. Sa côte de popularité a considérablement chuté. Et cela s’est ressenti lors des élections présidentielles de 2012. En effet, de tous les résultats enregistrés par les 14 candidats qui étaient en lice pour la présidentielle, ceux du Président de Rewmi a le plus surpris. Car le score qu’il avait enregistré à la dernière présidentielle a carrément chuté, de moitié pour être précis. Il a enregistré une perte de 298 074 voix. De 510 922 voix, soit 14,92% en 2007, le score de l’ancien maire de Thiès est tombé à 212 848 voix, soit 7,86% des suffrages.

Cela résulte de ses va et vient au Palais, où Wade l’avait convoqué pour des pourparlers, des retrouvailles. Or, nombre de citoyens n’avaient pas cautionné l’emprisonnement d’Idrissa Seck par Wade dans l’affaire dite de détournement dans les travaux de la ville de Thiés. Wade a réussi de faire chuter la popularité de son challenger de 2007. Ce qui a fait que l’ancien maire de Thiés avait obtenu 8% à la présidenteille de 2012, alors qu’il avait 14% en 2007. Une chute libre.

Ousmane Sonko guetté par le syndrome Idy

Wade es un vrai manœuvrier. A (93 ans), il reste l’opposition le plus farouche. Et n’a d’yeux que pour son fils. Car, avec l’invalidation de la candidature de ce dernier, Wade, de retour au bercail pour dit-il participer à sa manière à la campagne électorale, fait des pieds et des mains pour défendre son fils. Et sachant qu’Ousmane Sonko a une cote de popularité qui détrône celle de Karim, il n’a pas pris de temps pour faire de Sonko, son fils. Un véritable patriote, au point de le faire adhérer à sa cause, celle de boycotter la Présidentielle et participer à une vaste campagne de destruction, à partir du 24 février prochain, jour prévu pour la Présidentielle.

A en croire beaucoup d’observateurs, Wade n’a qu’une seule ambition en posant cet acte : détruire politiquement Ousmane Sonko, la révélation du landerneau politique Sénégalais. Devant son fils, Wade n’a pas d’autres préférences. Et en rencontrant Ousmane Sonko, il veut davantage le mettre en mal avec son électorat et le peuple. Car, comment comprendre qu’un candidat à la présidentielle en pleine campagne électorale abandonne sa pêche aux voix pour se radicaliser et appeler au boycott. Et si cela venait à porter ses fruits, Sonko allait à jamais perdre son aura. Et c’est le but visé par l’ancien Président du Sénégal.
senegal7