Accueil Actualités Un gouvernement qui risque d’être éphémère

Un gouvernement qui risque d’être éphémère

En effet, au regard des dispositions constitutionnelles, la démission prochaine de l’actuel chef de gouvernement entrainera automatiquement la fin de mission du premier attelage gouvernemental du quinquennat. Du coup, les ministres du nouveau gouvernement qui doivent répondre aux nouvelles orientations de gouvernance sous label «Fast track» sont astreints de faire leurs preuves en un temps restreint. Surtout s’ils veulent être reconduits au prochain gouvernement, faisant suite à la suppression du poste de Premier ministre.

Le président de la République met vraisemblablement  le pied sur l’accélérateur dans la conduite des affaires de l’Etat, au cours de son quinquennat.

Après avoir annoncé, dans la foulée de la reconduction de Mahammed Boun Abdallah Dionne à son poste de Premier ministre, sa volonté de supprimer la fonction de chef de gouvernement pour diminuer les goulots d’étranglement dans la gestion des affaires publiques, favoriser une meilleure circulation de l’information et rapprocher l’administration des administrés, le président Sall est revenu de nouveau à la charge dans sa disposition à impulser un gouvernement d’action pour inaugurer son quinquennat. C’est ainsi qu’au cours de la toute première réunion du Conseil des ministres avec la nouvelle équipe gouvernementale qui s’est tenue le mercredi 10 avril dernier, le chef de l’Etat est monté au créneau pour réaffirmer sa volonté de «superviser, en permanence, l’action du Gouvernement et de l’Administration, sous le sceau  du culte du résultat».

Poursuivant sa communication, lors de cette première réunion du Conseil des ministres autour du nouvel élan institutionnel marquant le quinquennat, le Chef de l’Etat a tenu à rappeler également au nouveau Gouvernement les priorités et initiatives majeures inscrites dans la phase II du Programme Sénégal émergent (Pse). Et dans la même dynamique, il a demandé aux ministres de constituer, « dans la collégialité, un Gouvernement d’action; un Gouvernement de transformation publique, méthodique, efficace et performant dans le déploiement cohérent du travail sectoriel et interministériel ».

Publicité

Il faut dire qu’au regard de cette insistance, le président Sall semble plus que jamais déterminé à mettre en exécution son plan de réforme annoncé et dans un délai relativement court. Pas donc de temps à perdre pour l’actuelle équipe gouvernementale dont les jours semblent intimement liés à la mise en œuvre de ces réformes qui devraient aboutir à la démission de tous ses membres avec la suppression envisagée du poste de chef de gouvernement. Comme l’expliquait d’ailleurs dans une récente sortie médiatique l’ancien Conseiller spécial à la Primature et constitutionnaliste Mounirou Sy, « La suppression du poste de Premier ministre va entraîner la démission du gouvernement ». Invoquant en effet la loi fondamentale, il relevait que « La Constitution dit clairement à son article 46 que sur proposition du Premier ministre, le président de la République nomme les ministres, fixe leurs attributions et met fin à leurs fonctions. Le gouvernement étant une institution collégiale et solidaire, la démission ou la cessation des fonctions du Premier ministre entraîne, de facto, la démission de l’ensemble des membres qui composent le gouvernement dont il était à la tête ».

Toute chose qui révèle à quel point le nouveau gouvernement qui a été nommé, le 07 avril, risque de n’être que provisoire. Pour cause, le président Sall devrait procéder à terme à la nomination d’une équipe aussitôt que la suppression de la fonction de chef de gouvernement est actée comme l’avait son prédécesseur, Abdou Diouf, en 1983 avec l’équipe dirigée à l’époque par l’actuel président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse qui avait été nommé à la place de feu Habib Thiam. Avec cette donne et à moins d’un revirement du chef de l’Etat, les ministres du «dernier» gouvernement de Dionne qui sont appelés à répondre aux nouvelles orientations de gouvernance sous label «Fast track» sont astreints de faire leurs preuves en un temps restreint,informe Dakarmatin. Surtout s’ils veulent être reconduits au prochain gouvernement, faisant suite à la suppression du poste de Premier ministre.

Assane SEYE-Senegal7

 

Publicité
Hello