13e législature : Quand le mythe du député s’effondre !

Au Sénégal, le député ne vaut plus rien ! La 13e législature dont le mandat est en cours, l’a démontré à tout point de vue. Du trafic de diverses formes au détournement de la légitimité populaire en passant par les disputes, les bagarres, les invectives et les insanités les plus exécrables ; le mythe du l’élu du peuple s’est effondré comme un château de cartes, son honorabilité souillée. Les sénégalais désabusés !

L’Assemblée nationale, une chambre à scandale !

Le constat est frappant. La réputation de l’Assemblée nationale est au plus bas de l’échelle des valeurs. « L’Assemblée nationale » ou du moins, partisane, vit au rythme des scandales. Les uns plus graves que les autres. Après l’histoire du trafic de faux billets de banque qui avait ému tout le pays et coûté la prison au député de la majorité à Seydina Fall Bougazelli, l’hémicycle est encore rattrapé par une affaire de trafic présumé de faux passeports diplomatiques impliquant deux de ses membres à savoir Mamadou Sall et Boubacar Biaye.

Le représentant du peuple, contre le peuple

L’attitude des députés de la 13e législature nous pousse à croire que le député sénégalais n’est pas conscient de son rôle. Élu pour représenter la Nation, le député participe à l’exercice de la souveraineté nationale. Il vote la loi et contrôle l’action du Gouvernement. Il bénéficie, comme le sénateur, d’un statut protecteur, conçu non comme un privilège mais comme un moyen destiné à lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat. Cette protection spécifique est consacrée par le principe des immunités parlementaires, qui trouve son  fondement dans la Constitution elle-même. Mais l’Assemblée nationale sénégalaise est unique en son genre. Investis d’un mandat pour défendre les intérêts du peuple souverain, les députés de la majorité présidentielle et donc de Benno Bokk Yakaar (Bby)  sont  totalement inféodés aux  manœuvres politiciennes du Chef de l’Exécutif Macky Sall. Consacrant de fait la non séparation des pouvoirs  entre le législatif et l’Exécutif. De vils députés qui ternissent l’image de notre pays, travestissent la souveraineté populaire et hypothèquent l’espoir du peuple qui  les a portés au pinacle !

Détournement de la légitimité populaire

« La patrie avant le parti », c’était le slogan  fétiche du président Macky Sall  qui  rabâchait partout  la gestion sobre et vertueuse  de la chose publique. Hélas, cette gestion « sobre et vertueuse » s’est rapidement transformée en pilotage à vue » infectant » la plupart de nos institutions y compris la deuxième de notre pays : l’assemblée nationale. A la gestion sobre et vertueuse s’est substituée une gestion  calamiteuse couronnée de scandales et de feuilletons judiciaires à en pas finir. Le peuple avait pourtant élu ses députés  afin que ces derniers puissent les représenter dignement au sein de l’hémicycle. Mais le constat est que sur la base des groupes parlementaires constitués qui  répondent aux équilibrations des partis politiques, l’assemblée nationale s’est transformée en arène de lutte. Le député en gladiateur éhonté  au service d’un Chef de l’Etat  sans aucune vision politique.

Un profilage raté

Le mode de scrutin pour l’élection du député est une dérobade qui permet à l’Exécutif d’élire ses ouailles que rien ne lie au peuple et le tour est joué. Si les Sénégalais avaient à choisir aujourd’hui entre un député et un « dépité », ils choisiraient  le second qui serait susceptible de se remettre de son état mais s’agissant du « député » comme c’est le cas avec la 13e législature, c’est une gangrène incapable de  guérir de sa maladie. Et si c’est un système qui l’englobe, il faudra alors le démanteler et recommencer tout à zéro mais avec des Sénégalais intègres, honnêtes, patriotes et démocrates. A contrario, ce serait le désastre pour un Sénégal qui se dit émergent. Quand le mythe du député s’effondre, appréciez de vous même !

A.K.C – Senegal7