Accueil Actualités Pr Moussa Diaw décortique les Méga-meetings de la mouvance présidentielle

Pr Moussa Diaw décortique les Méga-meetings de la mouvance présidentielle

Le constat est que la mouvance présidentielle a engagé une grande opération de séduction de l’électorat depuis la levée de l’état de catastrophe sanitaire doublé de la brise d’apaisement qui a soufflé après les émeutes de début mars.

En effet, aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays, des méga-meetings ont été organisés par les pro-Macky, pour, disent-ils, démontrer que leur mentor est toujours le préféré des populations qui voient en lui l’incarnation des solutions à leurs multiples difficultés.

Cependant, des analystes politiques émettent des avis contraires à cette conviction des responsables et militants de Benno Bokk Yakaar. Selon nos interlocuteurs, ces rassemblements politiques ne sont pas un cadre pour répondre aux exigences des Sénégalais.

Mieux, avec les extravagances constatées lors de ces meetings, dans un contexte de chômage aigu des jeunes et une crise sanitaire sévère, ces rassemblements ne peuvent que nuire à l’image des responsables Bby et à celle de leur mentor en premier. Les multiples sorties politiques de la mouvance présidentielle pour séduire les populations ne produiront pas les effets escomptés.

C’est la conviction de l’enseignant-chercheur en sciences politiques à l’Université Gaston Berger de Saint Louis, Moussa Diaw. En effet, sans mettre de gants, le spécialiste des questions politiques au regard du contexte de crise politico-économique, liée à l’affaire Sonko-Adji Sarr, « les Sénégalais n’ont toujours pas  reçu un discours rassurant cohérent et qui met en valeur leurs préoccupations quotidiennes ».

A l’entendre analyser le phénomène des méga meetings de Benno Bokk Yakaar, Pr Moussa Diaw sert une très mauvaise note au régime qui, à travers des rencontres politiques de différents formats, tente de faire croire aux Sénégalais que le poids électoral du président Macky Sall « est resté intact ».

A en croire notre interlocuteur, la stratégie de riposte politique après les événements malheureux de début mars a été maladroite puisque les tenants du pouvoir ont tenu « des discours qui ne répondent pas du tout aux attentes des populations, mais plutôt des discours purement politiques ou plutôt politiciens qui n’emballent pas les Sénégalais qui sont toujours au même niveau de vie ».

Pr Diaw se focalise sur le meeting tenu au Grand théâtre où l’on se croirait en période de campagne électorale et au cours duquel tous les propos tendaient « à présenter le président Macky Sall comme celui qui incarne l’espoir du peuple sénégalais, celui que nous devrons suivre au doigt et à l’œil alors qu’en vérité les populations sénégalaises, notamment les jeunes, ont d’autres préoccupations restées insolubles jusqu’ici ».

« Ces meetings et autres rencontres de Bby ne serviront à rien puisque…» L’enseignant-chercheur estime que ces grands événements politiques ne sont organisés que pour asseoir une probable victoire de BBY aux prochaines élections.

Mieux, ajoute-til, « ces responsables politiques de Bby ont occulté les messages de la jeunesse lancés au chef de l’Etat lors des émeutes récentes. Ce qui veut dire que ces meetings et autres rencontres ne serviront à rien politiquement puisque les paramètres de la jeunesse et ceux des populations en général ont été relégués au second plan car il n’y a pas eu de solutions concrètes aux souffrances des Sénégalais ».

Parlant de la sortie présidentielle du 03 Avril, il soutient que « ce discours qui n’est pas audible s’explique par des effets d’annonces, loin d’une politique économique murie à court et à long termes, surtout que les jeunes continuent à croire qu’ils n’ont et ne seront pas impliqués dans quoi que ce soit ».

Selon Pr Moussa Diaw, les jeunes sans emplois croient dur comme fer que, en plus de la sortie du chef de l’Etat Macky Sall promettant une enveloppe de 350 milliards, les sorties politiques de Bby sont assimilables à des promesses non tenues encore qu’elles sont vides,relate le témoin.

Assane SEYE-Senegal7