L'Actualité en Temps Réel
xbet bannière

Affaire Maimouna Ndour Faye : « Nos repères moraux foutent le camp », (Daouda Mine)

Premierbet

Daouda Mine a dénoncé l’agression dont est victime la journaliste Maimouna Ndour Faye jeudi soir. Selon le confrère, tous nos repères moraux foutent le camp.

Texte in extenso

Franchement, le Sénégal est un pays complexe. Aussi religieux que permissif. Aussi moderne que traditionnel. Pudique et à la fois pervers. Il regorge de saints, mais compte aussi des déchets humains.

Chaque année, des cas de viols et des meurtres crapuleux, des agressions barbares se comptent par centaines.

Mais le fait nouveau (pas si nouveau que ça), c’est le «raffinement dans la barbarie» et le sadisme sans limite de certains actes auxquels on assiste.

Au Sénégal, on peut maintenant se permettre de tuer une voilée en plein mois de ramadan (Bineta Camara). On peut découper une pauvre dame en 13 morceaux (Fama Niane). On peut zigouiller une innocente femme et lui crever les yeux (Mously Lô). On peut dépiécer une pauvre dame de 62 ans, vendeuse de cacahuètes et enterrer ses boyaux sur place, après avoir empilé les parties de son corps dans des bassines en caoutchouc (Maïmouna Dione). On peut attendre une journaliste, une dame sans défense, devant chez elle, pour la poignarder de 3 coups de couteau (Maïmouna Ndour Faye). Toute honte bue.

Tout ceci n’est pas sorti du synopsis d’un film d’horreur. Ce sont des horreurs « made in Sénégal », perpétrées par des gus sans foi, ni loi.

Le comble, c’est que l’indignation des Sénégalais ne dure que le temps d’une rose, comme si plus rien ne nous étonne. Désolé de le dire, mais tous nos repères moraux foutent le camp.

Il y avait des gens comme moi qui croyaient (bêtement ?) qu’un malfaiteur, aussi sadique soit-il, ne s’en prendrait jamais aux personnes qui ne savent pas se défendre. Je pensais naïvement que le plus endurci des criminels aurait des scrupules face à un malade, un enfant, un handicapé, un vieillard ou une femme.

Je ne savais pas que les délinquants «de type nouveau», comme celui ou ceux qui ont agressé notre consœur Maïmouna Ndour Faye, n’ont cure de ces considérations de «faux durs».

Mais qu’ils se détrompent. MNF va s’en sortir, inchallah, et va revenir plus forte que jamais. N’en déplaise aux terroristes de la pensée.

Birama Thior – Senegal7

Comments are closed.