Allégations de torture : Amnesty indexe la Gendarmerie et la Police

Pour Seydi Gassama d’Amnesty International section Sénégal,95% des allégations de torture qu’ils reçoivent viennent des lieux où les enquêtes ont lieu. Un atelier a été organisé, hier à Kaolack, pour sensibiliser les agents pénitentiaires sur les droits des détenus.

L’Administration pénitentiaire est chargée d’assurer la mise en exécution des décisions judicaires prononçant une peine privative de liberté ou ordonnant une incarcération provisoire, la garde et l’entretien des personnes, qui dans les cas déterminés par la loi, doivent être placées ou maintenues en détention, à la suite d’une décision de justice.

Une telle mission, renseigne-t-on, doit s’exercer dans le respect strict des droits humains et des textes internationaux  y effarants. Cet impératif a été débattu, hier, à Kaolack, lors d’un atelier de formation du personnel de l’Administration pénitentiaire aux cadres judiciaires de protection des droits  des détenus.

Le directeur exécutif d’Amnesty international, Section Sénégal, Seydi Gassama a saisi l’occasion pour revenir sur les droits des détenus, surtout avec le contexte actuel. « On parle beaucoup de tortures, ces temps-ci, au Sénégal.

Les allégations de torture que nous recevons, les 95% ne viennent pas des prisons, elles viennent souvent des lieux où les enquêtes ont lieu, à savoir les brigades de gendarmerie et les commissariats de Police. C’est à ce niveau qu’il faudrait s’attaquer à la question »,dit-il sur les colonnes du journal Enquête.

Assane SEYE-Senegal7