L'Actualité en Temps Réel

Après le coup d’État, les Soudanais se préparent à la grande manifestation de samedi

Samedi 30 octobre, des milliers de personnes sont prévues à Khartoum, pour manifester contre le coup d’État des militaires. Lundi 25 octobre, le général Abdel Fattah al-Burhan, chef de l’armée, à la tête du Conseil souverain a annoncé la dissolution des autorités de transition et l’arrestation de la quasi-totalité des dirigeants civils. Dans le pays, c’est la consternation. Alors que le Soudan venait d’entamer une transition vers la démocratie, c’est un véritable retour en arrière.

Tout démarre ce lundi 25 octobre, le général Abdel Fattah al-Burhan – qui est à la tête du Conseil souverain (la plus haute instance) annonce la dissolution des autorités de transition. Le Premier ministre, Abdallah Hamdok, plusieurs ministres et tous les membres civils du Conseil souverain sont arrêtés. Le chef de l’armée décrète l’état d’urgence et ajoute qu’un « gouvernement de personnes compétentes » va être formé. En bref, les militaires reprennent le contrôle.

« Les querelles de certains partis politiques et leur course au pouvoir, leur incitation au chaos et à la violence sans prêter attention aux menaces sécuritaires, économiques et sociales, déclare le général Burhan dans son allocution. Tout cela nous a obligés, militaires et forces de soutien rapide ainsi que d’autres forces de sécurité à pressentir ce danger et à prendre les mesures capables de préserver le cours de la révolution glorieuse de décembre [2019 ndlr], jusqu’à ce qu’elle réalise son but ultime d’installer un état civil à travers des élections libres et honnêtes. »

Nous sommes 40 millions à dire« Non » !

À Khartoum, c’est le choc. Cela faisait deux ans que militaires et civils cohabitaient depuis la chute de l’ancien président Omar el-Béchir. Cette transition devait durer trois ans et aboutir à des élections démocratiques.

Pour Mai, cheffe d’entreprise, qui était déjà dans la rue en 2019 pour demander le départ de l’ex-président Omar El Béchir, c’est la consternation : « Il y a de la colère parce qu’ils ne veulent pas lâcher. Nous sommes 40 millions à dire « Non » ! La révolution a été menée par la jeunesse. Des filles et des garçons de 16-17 ans qui sont sortis et ont fait face aux tirs de l’armée en 2019… et ces jeunes représentent 70% de la population. Les militaires ne peuvent pas nous dire « Non » après tout cela ! ».

Un coup d’État annoncé

Ce coup d’État de l’armée n’était pas imprévisible. Cela faisait des mois que la relation entre civils et militaires se détériorait. Le mois dernier, il y a même eu une tentative de coup d’État contre le gouvernement civil. Dans son intervention le général Burhan fait porter la responsabilité de ce qui arrive aux civils qu’il accuse d’être divisés, de créer le chaos et d’avoir échoué à redresser le pays. De fait, le pays est confronté à une grave crise économique, depuis des années – c’est d’ailleurs cela qui a été à l’origine du soulèvement contre Omar el-Béchir.

RFI avec Senegal7