L'Actualité en Temps Réel

Après sa déclaration de candidature : les insultes pleuvent toujours sur Guy Maruis Sagna

La candidature du Leader du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (Frapp) n’enchante pas tous les Sénégalais. Suite à sa volonté de briguer les voix des populations en vue des élections législatives, prévues le 31 juillet prochain, Guy Marius Sagna a reçu des menaces.

Voici l’intégralité de sa publication parue sur Facebook !

« Immédiatement après avoir déclaré ma candidature pour les prochaines élections législatives, j’ai reçu des messages WhatsApp d’insultes, de menaces que la décence m’empêche de répéter.

Ils perdent leur temps. Je mets ma candidature au service du peuple pour que le peuple impose une cohabitation au président Macky Sall.

Une cohabitation pour trouver des solutions aux spoliations foncières, aux licenciements arbitraires des travailleurs, aux forages accaparés, aux licences de pêche qui privatisent la mer au profit de l’Union Européenne, aux hôpitaux et aux écoles publics en crise, au chômage endémique, à l’entreprise sénégalaise marginalisée…

J’ai décidé d’être avec mon peuple qui meurt plutôt qu’avec le valet néocolonial Macky Sall qui les tue.

Ce matin à 10h j’ai participé à la manifestation des handicapés diplômés.

À 11h30 j’ai rencontré le maire de Dakar Barthélémy Dias qui m’a proposé d’être son conseiller technique en charge des affaires sociales et de la réinsertion. Merci à lui pour cette confiance.

À 13h30 nous avons rencontré le collectif Patients en danger. Toutes et tous, nous allons nous mobiliser ce 23 avril à la place de l’obélisque pour dire: UN AUTRE HÔPITAL EST NÉCESSAIRE !

À 14h nous avons rencontré les braves ouvriers de l’usine SENECOR LINDA qui sont opprimés par des Coréens avec la complicité de l’État du Sénégal. Ils sont payés 380 FCFA de l’heure sans bulletin de salaire !

À 15h nous avons reçu le collectif des habitants de Koutal Sérère victimes d’une spoliation foncière de 165 ha pris à des paysans et des éleveurs dont la mise à mort est ainsi signée sous le silence complice du président Macky Sall et avec la complicité de la gendarmerie.

Je veux contribuer à bâtir une majorité parlementaire autour de toutes ces préoccupations, au service de toutes ces populations opprimées.

Je lance un appel à tous les Sénégalais où qu’ils soient pour qu’ensemble nous ayons la majorité des députés de l’assemblée nationale afin d’abréger nos souffrances.

Voulez-vous y participer?

Une autre assemblée est possible !

Non au néocolonialisme !
Non à la 3e candidature illégale et illégitime !

REFUSONS !
RÉSISTONS !
LUTTONS !