L'Actualité en Temps Réel

Arrestation de Sonko : 2 morts, Dakar mis à Sac,le Sénégal dans le chaos total !

Les Sénégalais n’en reviennent de la situation chaotique  que vit leur  pays.En effet, depuis l’arrestation du leader de Pastef Les Patriotes Ousmane Sonko, c’est le chaos total. Dakar est complètement mis à sac, les forces de défense et de sécurité sont débordées, l’armée appelée en renfort. Les pro-Sonko ne comptent pas baisser la garde tant que leur leader ne sera pas libéré. On note deux morts parmi les manifestants. L’opposition et une bonne partie de la société civile manifestent aujourd’hui pour dénoncer les dérives autoritaires, d’après leurs leaders. Le Sénégal vit des heures sombres de son histoire politique.

Depuis l’arrestation du leader de Pastef Les Patriotes, Ousmane Sonko accusé de viols et de menace de mort par la masseuse Adji Sarr,le Sénégal  est presque mis  dessus-dessous. Les Pro-Sonko infiltrés par des agresseurs mettent le feu partout à Dakar et dans plusieurs régions du pays.

Commerces, édifices, véhicules,structures institutionnelles, stations, tout est réduit en cendres. A la clé, à Bignona, Cheikh Ibrahima Coly reçoit une balle en pleine région du cœur. Il meurt sur le coup. Un argent de l’Asp sauvé de justesse après avoir été aspergé d’essence pour être brûlé vif.

Au sein de la banlieue Dakaroise, Baye Cheikh Diop trouve la mort dans son atelier mécanique. Des blessés graves ont été notés parmi les manifestants. Les étudiants de l’Ucad et l’Ugb ont fait face aux forces de l’ordre hier jeudi.

Le siège de la Rfm attaquée, des véhicules incendiés. Walf et Sen TV « débranchés «  de la TNT.L’Astre de Hann (Soleil) reçoit des cocktails molotov. C’est le chaos total à Dakar et dans plusieurs régions du pays.

Sur le plan judicaire, l’Etat corse la note pour le leader de pastef Ousmane Sonko qui a été arrêté alors qu’il se rendait au Tribunal pour déferrer à la convocation du juge, relativement aux accusations de viols et de menace de mort dont il fait l’objet.

Hier jeudi, le juge du 8e cabinet, Mamadou Seck a été dessaisi du dossier de son dossier judiciare  au profit de Samba Sall, juge du 1e cabinet d’instruction. Un mandat d’amener lui aura été décerné alors qu’il est toujours dans les locaux de la section de Recherche de la Gendarmerie.

L’opposition et plusieurs organisation de la société civile manifestent aujourd’hui pour dénoncer les dérives du Chef de l’Etat qui selon ces derniers a dévoyé complètement la démocratie sous nos cieux. Le Sénégal vit des  heures sombres de son histoire et si l’on n’y prend pas garde, ça va davantage basculer dans la violence déjà enclenchée !

Assane  SEYE-Senegal7