L'Actualité en Temps Réel

Assemblée Nationale : le « Faux député » revient sur les faits

Agé d’une soixantaine d’années, Coumba Ndoffène Ndiaye, puis que c’est de lui qu’il s’agit avait cru à son élection au poste de député lors des législatives du 31 juillet dernier. Ainsi, il s’est introduit à l’hémicycle et prenant même la parole lors de l’installation de la 14e législature, jeudi.

Le leader du Parti pour le Rassemblement, la Justice, la démocratie et le développement (Prjdd), membre de la conférence des leaders de Yewwi Askan Wi est revenu sur les faits, dans un entretien avec la Rfm, repris par Igfm.

Arrivée à l’hémicycle

« Quand je suis arrivé, j’ai demandé à Mme la secrétaire générale. Je me suis présenté et elle a sorti la liste. Elle m’a dit qu’il y a déjà une Coumba Ndiaye qui est là, mais elle est précédée d’une dame. Maintenant en se basant sur le principe de parité, le suivant doit être un homme. Elle a dit certainement il y a eu confusion. C’est vous Coumba Ndoffène. Alors elle a arrêté le nom Coumba Ndoffène. Elle me dit entrez dans la salle. »

Exfiltration de l’hémicycle

« Durant les débats, j’ai levé le doigt j’ai demandé la parole pour essayer, une seconde fois, de clarifier la situation, parler de mon identité, Coumba Ndoffène Ndiaye. Quand on a vérifié, on m’a fait savoir que ce n’était pas moi Coumba Ndiaye. Je ne suis pas entré comme ça dans l’hémicycle. Je suis passé par la secrétaire générale. Quand elle a été interrogée, elle a dit que c’est une confusion. Donc l’Assemblée a reconnu que je me suis présenté pour vérifier. Je ne me suis pas introduit comme ça. »

«Je ne suis pas quelqu’un qui court derrière un poste de député. Peut-être que c’est me méconnaître. Moi je suis un aîné du président Macky Sall. Il m’a côtoyé très tôt quand il était élève. Donc aujourd’hui si j’étais animé par ces fonctions politiques là, j’aurais pu l’exercer avec Macky Sall depuis 2012.»

Investitures à YAW

«J’avais déposé mon dossier au moment des investitures. Aussitôt après, j’ai eu échos que j’étais sur la liste de suppléants. Et cette liste-là est devenue la liste titulaire. Et finalement après les élections, des personnes m’ont appelé pour me dire que je suis sur les listes. Et même, on m’a dit qu’ils ont voulu enlever mon nom mais le conseil constitutionnel a refusé. C’est ce qui a motivé ma curiosité pour aller vérifier.»

Senegal7