L'Actualité en Temps Réel

Baisse des prix des denrées : Les commerçants disent niet au Président de la République

Le président Macky Sall a annoncé le 6 novembre 2022 que le gouvernement prendrait des dispositions pour tirer baisser les prix de certains produits de base. Une initiative qui fait le bonheur des consommateurs, mais dont l’application chez les commerçants risque de poser problème. Un tour au marché Castor a révélé que lesdites mesures vont peut-être mettre plus de temps avant d’être effectives. Pour cause, les commerçants affirment que c’est impossible de vendre leurs stocks actuels à des prix aussi « dérisoires ».

Pour alléger les ménages dans leurs dépenses quotidiennes, le Président Macky Sall a adopté plusieurs arrêtés fixant de nouveaux tarifs pour le sucre, le riz et les huiles végétales qui devraient être adoptés ce jeudi 10 novembre au plus tard. Pour vérifier l’effectivité de ces mesures, notre source s’est rendue au marché Castor pour voir la situation. Une fois sur place, les commerçants interrogés ont affirmé que rien n’a changé.

Assise devant sa boutique, Awa Thiadoum commerçante au marché Castor a affirmé qu’ils ne peuvent pas baisser aussi facilement les prix. « L’initiative du Président Macky Sall de diminuer les prix des denrées alimentaires est une très bonne chose parce que nous sommes fatigués. La majeure partie des mères et pères de famille qui vivent au Sénégal peinent à joindre les deux bouts pour assurer la dépense quotidienne à cause de la cherté de la vie. Alors quand le Président annonce qu’on va diminuer les prix, on est heureux. Mais cette mesure ne peut être effective que lorsque les prix sont moins chers chez les fournisseurs.

Parce que si on achète moins cher là-bas on vendra moins cher ici. Si on se lève un bon jour comme ça pour dire que le Président Macky Sall impose la diminution des prix, c’est impossible. En tant que commerçant, on a d’importants stocks de marchandises qu’on a achetés à des prix beaucoup plus élevés. De ce fait, c’est quasiment infaisable de vendre ça en respectant les nouveaux prix. Il faut au moins qu’on écoule ces produits, après cela, on peut penser à appliquer les directives du Chef de l’État », justifie t-elle.(…)

Assane SEYE-Senegal7