L'Actualité en Temps Réel

Ces astuces qui manquent toujours aux Lions ( Mohamed Sall, ancien formateur au Havre)

Après une première sortie ratée contre les Pays-Bas, le Sénégal était dans l’obligation de battre le Qatar pour prétendre à la qualification aux huitièmes de finale du mondial 2022. Les poulains d’Aliou Cissé ont réussi, hier, cet objectif en battant le pays hôte sur la marque de 3-1. Mais ils ont montré quelques signes de fébrilité qui ont failli leur coûter cher. Le coach Mohamed Sall, ancien formateur au centre du Havre AC, consultant en France, passe en revue les détails tactiques de cette rencontre.

 »Organisée en 4 2 3 1, le Sénégal a dominé son sujet qui a opté pour un système défensif en 5 3 2. Très contractés dans ce début de match, les Sénégalais développent un bon football notamment par la présence de joueurs expérimentés en défense et 2 milieux défensifs de qualité.

Aliou Cissé avait sûrement demandé un pressing haut pour gêner les Qataris. Mais, on notera un manque d’agressivité et de coordination dans les courses au niveau du pressing. On sent une légère progression dans le jeu. Les attaquants sénégalais sont remuants.

Mais il y a beaucoup d’espace pour les Qataris qui en profitent en se créant des situations voire des occasions. La ligne défensive du Sénégal est solide et gère très bien les temps faibles. Diallo et Coulibaly cassent régulièrement les lignes pour distiller de bons ballons. Gana Gueye et Mendy éclairent bien le jeu.

La suite est moins bonne, les transmissions souvent imprécises, le jeu combiné défaillant. Comparativement au match contre les Pays-Bas, nous avons été moins bons dans les duels. Fait marquant : 35’ l’interprétation de l’arbitre est bonne car il a jugé que c’est le Qatari qui se met dans la course d’Ismaila Sarr et ne siffle pas penalty.
La seconde période était plus ouverte, il y avait plus d’espace, ce qui arrangeait les Qataris.

Le Sénégal baisse de rythme, les attitudes à la perte de balle sont moins bonnes, les phases de transition moins bien gérées. La possession diminue peu à peu. Les défenseurs ne sortent plus sur les attaquants qataris qui décrochent, et pour couronner le tout, toutes leurs attaques se finissent de la même manière : manque de concentration, de lucidité et surtout de justesse technique.

Le Sénégal mène toujours par 2 à 0 et gère son avance. Mais il n’arrive pas à priver son adversaire du ballon.
Les cinq changements effectués en l’espace de 9 minutes en seconde période ont certainement perturbé l’équilibre, car nous nous encaissons un but juste derrière. En effet, il y a de plus en plus d’espace pour les valeureux qataris, le Sénégal joue plus bas et joue en contre attaque en se créant quelques occasions.

Vers la 77e minute, sur une longue transversale des Qataris, notre latéral gauche est complètement à l’intérieur et le décalage est énorme, trop de distance entre lui et le Qatari qui a tout le temps de centrer et délivrer un caviar pour une tête qui finit au fond des filets.

Mais les rentrées de nos jeunes vont s’avérer payantes et quand le Sénégal accélère le jeu et s’inscrit totalement dans les temps forts, il est dangereux et beau à voir.

Toutefois, nous attendons des Sénégalais de l’application technique mais surtout de la spontanéité. Il a son avenir en main et a toutes ses chances pour poursuivre l’aventure.’’

Lire : ALIOU CISSÉ : « UN PAYS AFRICAIN PEUT GAGNER LE MONDIAL J’ESPÈRE QUE ÇA SERA LE SÉNÉGAL »