L'Actualité en Temps Réel

Cheikh Fall donne les 5 bonnes raisons de ne plus prendre Air Sénégal

Entre taxation démesurée et politique de protectionnisme de tâtonnement et fausse information délivrées par le personnel naviguant, Air Sénégal qui aura célébré son premier vol inaugural Dakar-New-York  a presque raté son plan de vol. Ainsi, après les élucubrations de l’ancien Air Sénégal, la compagnie  a fait peau neuve mais elle n’aurait pas encore pris son envol de façon effective. Et Cheikh Fall donne les 5 bonnes raisons de ne plus prendre place dans les sièges de cette compagnie qui pourtant pouvait faire la fierté du Sénégal et de l’Afrique de l’Ouest.

L’avion reste le moyen de transport le plus sûr au monde, devant le train et la voiture. Il est aussi l’un des moyens le plus rapide. Prendre un avion exige du client voyageur, une ligne de conduite avant, pendant et après le voyage, jusqu’à la sortie effective de l’aéroport de débarquement.

Voyager en avion nécessite la conformité et le respect strict de certaines règles d’organisation et de sécurité, pour le personnel technique au sol, le personnel à bord ainsi que pour les passagers.

Tous ces paramètres font aujourd’hui que l’avion pour le prix de la sécurité et du temps, reste le moyen de transport le plus cher, tarif calculé au $ les 100 kilomètres, devant le train et le bus.

AIBD du Sénégal fait partie aujourd’hui des aéroports les plus chers au niveau de la fiscalité sur l’aérien en Afrique au sud du Sahara. À ces conditions strictes et chères, le passager-client est tenu de s’y conformer et de s’organiser pour être toujours à l’avance pour ces heures de vol.

Entre l’avion et les passagers, ces derniers se plient toujours aux règles et s’organisent pour respecter sa part d’engagement pour le contrat qui les lie à la compagnie.

Par contre, quand la compagnie rompt ses obligations et engagements, elle se targue d’un simple message d’excuses. Les passagers supportent, comprennent et même arrivent à défendre Air Sénégal.

Il arrive très souvent que des appareils d’Air Sénégal accusent des retards de plus de 10 heures. Une fois dans l’avion, le pilote présente ses excuses pour ce retard (qu’ils disent indépendant de leur volonté) et on passe l’éponge. Comme si c’était de la faute des passagers-voyageurs. Aucune indemnité pour retard accusé. Juste des excuses !

Assane SEYE-Senegal7