L'Actualité en Temps Réel

« Comment relever le niveau de nos élèves au Sénégal ? » (Par Abdourahmane Diallo, enseignant/auteur)

Il faut le dire jusqu’à la fin des années 1990 on parlait français dans les cours de récréations de nos écoles et de nos universités.

Subitement en 2000 il y a une sorte de rupture épistémologique, le Français est désormais relégué au second plan au profit des langues nationales.

Le constat est que le Français notre langue de travail n’est plus parlé dans nos cours de récréation alors qu’on continue d’évaluer nos élèves dans cette langue d’enseignement et de recherches.

Aujourd’hui 80% de nos élèves en classe de 6e ne savent presque ni lire ni écrire ni compter en Français.

Les enseignants eux-mêmes sont confrontés à un problème pédagogique à savoir la baisse drastique du niveau de nos apprenants qui demeure mutatis mutandis le maillon faible du système éducatif sénégalais.

Par ailleurs on se demande à travers l’alphabétisation dans quelle langue faut-il former les élites intellectuelles sénégalaises?

La conséquence majeure de cette crise du système éducatif sénégalais est le risque d’avoir une école qui produirait des cadres mal formés donc incapables de participer au développement économique social et culturel de notre pays.

Les solutions pour juguler cette baisse de niveau de nos apprenants existent:
– Amener la majeure partie de nos qui atteignent le cours moyen 2eme année à savoir lire écrire et calculer.
– Construire dans nos écoles publiques des bibliothèques scolaires et promouvoir la lecture chez les apprenants.
– Construire à moyen et long terme des salles informatiques et les équiper en ordinateurs de dernière génération.
– Introduire l »enseignement des langues nationales dans nos écoles à partir de l’élémentaire et progressivement.
– Développer l’enseignement technique et la formation professionnelle pour faire face au chômage des jeunes.
– Lutter contre la violence en milieu scolaire.
Par Abdourahmane Diallo, enseignant/auteur