Conseil des ministres extraordinaire – Moundiaye Cissé : « Attendre mercredi, peut-être un risque… »

Le chef de l’Etat Macky Sall est contraint par le temps. Il tient réunion du Conseil des ministres ce lundi en vue de la promulgation de la loi portant code électoral. Le projet devrait être envoyé par la suite à l’Assemblée nationale afin que le texte soit adopté le 23 juillet prochain. Selon le directeur exécutif de l’Ong 3D, il est important de respecter les délais pour éviter un nouveau report des élections locales. Il faut également que le chef de l’Etat arbitre objectivement sur ces points de désaccord.

Pour Moundiaye Cissé de l’Ong 3D, le chef de l’Etat n’a pas le choix. Il est contraint par le protocole de la Cedeao qui interdit le changement des règles du jeu à six mois d’une élection. « Les délais sont serrés. Attendre mercredi peut être un risque. Le risque c’est, au delà des consensus que les partis ont pu conclu, si on adopte tardivement la loi, qu’il y ait un parti ou des organisations qui portent plainte au niveau de la Cedeao pour dire qu’on a modifié le code électoral durant les 6 mois où il ne fallait pas toucher le code électoral », a-t-il déclaré sur Sud fm.

La loi, même adoptée, peut être attaquée précise le directeur exécutif de l’Ong 3D. « Au niveau de la Cour Suprême ou même au niveau de la Cedeao. Et cela ferait tomber dans l’eau tous les consensus obtenus autour du dialogue. Les consensus, c’est pour les parties prenantes au dialogue. Mais il  y d’autres partis qui n’avaient pas participé au dialogue. Ces partis-là peuvent attaquer les réformes si ça dépasse le 23 juillet », a déclaré Moundiaye Cissé.

Sur les points de désaccord, l’expert électoral espère un arbitrage objectif du chef de l’Etat. « C’est la majorité en face de la l’opposition. Ce qui est important, c’est qu’il  (Macky Sall) tranche objectivement en tant que chef d’Etat et non en tant que chef de parti », dit-il.

Ousmane Ndiaye – Senegal7