Raabi  header

Décès de Astou Sokhna : les 1ers éléments de l’enquête confirment un ‘manque de coordination dans la prise en charge’

Du nouveau dans l’affaire de la mort par « négligence » de Astou Sokhna décédée en couches à l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye de Louga. L’enquête commence à révéler ses secrets sur les circonstances de la mort de cette femme enceinte qui a souffert dans l’indifférence totale de 9 heures 30 à 5 heures 30 du matin, avant de perdre la vie.

Déjà les deux missions du ministère de la Santé, ont indexé un  » manque de coordination dans la prise en charge  » de Astou Sokhna, en faisant sans doute référence au fait qu’elle est morte parce que  » pas programmée « , comme l’aurait indiqué la sage-femme le jour des faits.

Le journal Libération qui cite l’enquête révèle que le risque encouru par la défunte a « été sous-estimé », et ses douleurs ont été « mal évaluées ». En effet l’équipe de garde a fait preuve d’une insensibilité totale alors que la patiente criait à cause d’une douleur intense.

Les inspecteurs ont convenu que la césarienne ne devait pas tarder, d’autant qu’Astou Sokhna, qui avait perdu en 2019 sa fille, née prématurément (7 mois), avait bel et bien un dossier médical qui recommandait cette voie pour son accouchement.

A noter que la police, a commencé ses enquêtes avec l’audition du personnel.

Diaraf DIOUF Senegal7