L'Actualité en Temps Réel

Du prestige du Médecin ! (Dr Boubacar Signaté)

– Autrefois, le médecin était celui qui savait ce que les autres ne savaient pas, maintenant, il est l’homme qui sait ce que tout le monde croit savoir.
– Renseigné par de multiples voies, presse, radio, télévision, le public ignore que pour comprendre, il ne suffit pas d’être renseigné.
– S’il voit sur son écran ou lit dans la presse, l’acte d’un gynécologue, il ne discerne pas les raisons impérieuses de tel geste, de telle manœuvre, il ignore les scrupules, les hésitations, fruits d’une longue pratique, qui ont précédé l’acte opératoire, et ont abouti à une telle simplicité que l’acte paraît facile, à une telle autre complexité que l’acte paraît barbare.
– Ce qu’il retient, c’est une sorte de course de taureaux vue pour la première fois par un spectateur novice.
– Une demi-heure de causerie sur la césarienne ou la craniotomie, lui fait croire qu’il connaît le fond du problème, alors que nous, médecins, nous commençons à peine à l’entrevoir.
– Certains, nantis de leurs conceptions incomplètes, opposent souvent à nos avis les conseils donnés par des voisins ou des parents, ils ont tendance à placer la consultation sur un plan d’échange d’opinions entre gens qui connaissent la question.
– Je ne parlerai pas du foisonnement de guérisseurs, de savants, qui ont toujours existé, mais la publicité délirante que leur donnent les moyens actuels de diffusion est juste effarant.
– Ces gens ont d’ailleurs pour eux, des foules d’admirateurs, tous abandonnés par la médecine, tous incurables et qui seront sauvés par leurs soins directement descendus du ciel.
– Ce sur quoi nous devons être tous d’accord, les médecins y compris, c’est de donner à tous, le privilège d’être bien soigné dans ce pays, mais ce qu’on devine, sous la surface lisse, c’est d’obscures sentiments rampant en profondeur chez certains professionnels zélés.
– L’état d’esprit est durement heurté par l’idée d’un des rares métiers libres qui subsiste. Or, ces arrestations tous azimuts, qui vont opprimer les soignants, sont le fait en grande partie, de gens qui ne la connaissent que du dehors. Quelque soit leur niveau d’instruction.
– Chaque procureur qui envoie un médecin en prison, sous le regard conciliant du ministère de la santé, pensant protéger et servir la population, obtient l’exact effet contraire. Celui d’une population privée du droit élémentaire d’être soigné d’une part. D’autre part, celui d’un praticien blessé dans sa chair, découragé et démotivé, désengagé et qui finira par aller exercer son art sous des cieux plus cléments.
– Cléments en terme de formation et de perfectionnement, de conditions de travail, de vie et de protection sociale mais également de reconnaissance professionnelle.
– Quant aux médecins-tâcherons, écœurés par toutes ces brimades qui les écrasent, ils quittent le pays et s’expatrient. Tandis que les mêmes qui les jettent en prison et ceux qui les y encouragent, qui veulent être « soignés » s’en tirent en instituant une médecine taillée sur mesure au nez et à la barbe de ces mêmes populations qu’ils prétendent protéger et défendre.
– Parce-qu’en réalité, la médecine n’est pas et ne sera pas un métier comme les autres. Elle s’appuie certes sur un apprentissage, mais elle demande, avec cette technique, une vocation, que l’on pourrait qualifier, avec un peu d’emphase, de mystérieux et qui exige pour s’accomplir une entière liberté de jugement et d’action.
– Continuons comme ça, et on supprimera, certes, une insupportable liberté, mais, avec elle, les qualités personnelles, l’émulation, le fond quasi-sacerdotal de la vocation, le talent, parfois le génie et, en tous cas, la satisfaction du travail bien accompli en dehors de toute idée de rétribution.

Dr Boubacar Signaté