Interdiction d’activités politiques : Les préfets insistent dans l’erreur… et s’accommodent de l’illégalité

Les autorités administratives sont sur le pied de guerre pour interdire toutes activités de sensibilisation et de mobilisation. Dr Abdourahmane Diouf (Aar Sénégal) est le dernier à faire les frais de la détermination de l’administration qui s’est opposée à ses activités politiques à Tambacounda et Kolda. Motif évoqué : la période de précampagne. Seulement, l’article L61 du code électoral dont se réfère les préfets interdit surtout à la presse de relayer toute propagande politique, « durant les trente jours précédant l’ouverture officielle de la campagne électorale, est interdite toute propagande déguisée ayant pour support les médias nationaux publics et privés ».

L’article poursuit en précisant ce qui est qualifié de propagande, « sont considérés comme actes de propagande électorale déguisée, toute manifestation ou déclaration publique de soutien à un candidat ou à un parti politique ou coalition de partis politiques, faite directement ou indirectement par toute personne ou association ou groupement de personnes quelle qu’en soit la qualité, nature ou caractère. Sont assimilées à des propagandes ou campagnes déguisées, les visites et tournées à caractère économique, social ou autrement qualifiées, effectuées par toutes autorités de l’Etat sur le territoire national et qui donnent lieu à de telles manifestations ou déclarations », note le code électoral qui est clair sur le sujet. Mais l’administration semble suivre le rythme imprimé par le Chef de l’état qui a évoqué la période de précampagne pour annuler une tournée prévue dans le sud du pays.

 

M. TINE-Senegal7