L'Actualité en Temps Réel

La guerre civile au Sénégal : la dernière ignominie de Monsieur Alioune Tine ( Par Moustapha Diakhaté)

La procès entre Ousmane Sonko et Adji Sarr peut nous mener à une guerre civile, a tweeté Alioune Tine. Un tweet qui fait beaucoup jaser dans l’espace public Sénégalais. Dans un post, mardi, l’ancien député Moustapha Diakhaté qualifie ce message du fondateur du Think-Thank Afrikajom center comme sa dernière ignominie.

Texte in extenso

Le nouvel oiseau de mauvais augure de la nation sénégalaise Monsieur Tine doit retirer ses inadmissible propos et présenter ses excuses au peuple sénégalais.

Alioune Tine doit se le tenir pour dit: il y aura bel et bien le procès Ousmane Sonko et Ndeye Khady Ndiaye et il n’y aura pas de guerre civile.

Alioune Tine doit accepter cette évidence : au Sénégal un justiciable ne peut se juger lui-même ou empêcher le fonctionnement normal de la Justice.

Alioune Tine n’alerte pas. Il incite à la violence et appuie les appels aux meurtres d’un nculpé pour viol et poursuivi pour diffamation.

Alioune TINE ne peut pas ignorer la signification de la guerre civile et des drames qu’elle a engendrés partout dans le monde.

Alioune TINE ne peut pas ignorer que la guerre civile est, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, le mal absolu des nations.

Malheureusement en dépit de la dangerosité de ses funestes prévisions, Alioune Tine agite l’épouvantail de la guerre pour ameuter le monde aux fins de l’arrêt des poursuites. Peine perdue !

Aller jusqu’à prédire la guerre civile pour son pays est une ignominie.

La guerre civile a vu des Sierraléonais affronter d’autres Sierraléonais, des Libériens affronter d’autres Libériens, des Libyens affronter d’autres Libyens et des familles se déchirer entre elles sans oublier les huit cents mille morts au Rwanda.

La guerre civile est la plus terrible des guerres, car elle n’a pas de fin. Il est impossible de chasser l’adversaire ou de contrôler un territoire quand l’ennemi est son père ou son frère.

Les pulsions, les délires sanguinaires et le rêve d’un déchainement de violence d’Alioune Tine n’empêcheront pas la tenue du procès de Sonko.

Il y aura procès et condamnation si la chambre criminelle estime que l’inculpé Sonko a commis le viol dont l’accuse la masseuse Adji Sarr.

Le rentier de la tension Alioune Tine ne peut ignorer que le Sénégal serait la Sierre Leone, le Liberia, la Libye le jour où un justiciable par des menaces et des chantages à la violence réussit à se juge lui-même ou à se soustraire de la justice.

C’est tout l’enjeu d’un procès équitable dans l’affaire de la Sweet beauty Spa.

De 1960 à nos jours, les oppositions démocratiques sénégalaises ont réussi à faire face au corset senghorien avec son lot d’arrestations arbitraires, de dissolution de partis politiques, d’organisations syndicales, d’emprisonnements, d’exils et de massacres sans jamais à recourir à la guerre civile comme mode de resolutions des crises qui ont secoué notre pays.

C’est-à-dire que la concorde civile a toujours été un enjeu fondamental des élites politiques sénégalaises.

Malgré les hauts et les bas, la République a réussi cet exploit de concilier tous les Sénégal et d’assurer la paix civile.

L’Etat sénégalais pour ce qui le concerne doit assumer toutes ses responsabilités, sans la moindre faiblesse, pour la tenue du procès Sonko aux dates retenues par les autorités judiciaires.

Pour l’amour du Sénégal,

Vive la République !

Vive le Sénégal !

Birama Thior – Senegal7