L'Actualité en Temps Réel

Le legs des différents Khalifes de Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou rassoul

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, de son vrai nom Muhammad Ibn Muhammad Ibn Habiballah, est né en 1855 (correspondant à l’an 1272 de l’Hégire) à Mbacké. Rappelé à Dieu en 1927, il repose à Touba, à l’intérieur de la grande mosquée dont son fils aîné et 1er khalife Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké a posé les premiers fondements. Les différentes localités du pays se vident tout d’un coup et Touba se remplit. 

Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké

À la postérité, Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké a laissé une œuvre inoubliable. A la mort de son père, Serigne Mouhamadou Moustapha avait deux défis majeurs. Le premier était de maintenir haut le flambeau de la confrérie mouride et de la propager un peu partout dans le monde. Le second et non moins important était de bâtir la grande mosquée de Touba. Après le décès de son père le 19 juillet 1927, il devient officiellement premier khalife des mourides le 25 juillet 1927. Il s’attaque ensuite à la construction de la grande mosquée de Touba qui était l’une des dernières volontés de son père mais est confronté au manque d’infrastructures nécessaires pour livrer le matériel permettant de réaliser cet édifice. Il pose la première pierre de la Grande mosquée de Touba le 4 mars 1932. Il a dû batailler ferme pour obtenir l’immatriculation du terrain devant porter l’ouvrage et l’autorisation de construire. Père de Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma, Cheikh Mouhamadou Moustapha a tiré sa révérence en 1945. Son cadet de 6 mois, Fallou, lui succéda.

Serigne Fallou Mbacké

C’est en pleine seconde guerre mondiale, plus précisément le 13 juillet 1945, à la disparition de Serigne Mouhamadou Moustapha que Serigne Mouhamadou Fadilou, plus connu sous le nom de Fallou, devient khalife général des mourides. Il a terminé les travaux de la Grande mosquée de Touba qu’il va inaugurer le 7 juin 1963 en présence du Président Léopold Sédar Senghor. Son califat est encore évoqué de nos jours comme une période particulièrement faste pour le pays. Son plus grand legs est sans nul doute la décision prise de célébrer le Magal à Touba. Il a mis en place le marché Occass.

Serigne Abdou Ahad Mbacké

Il devient le 6 août 1968, à l’âge de 55 ans, 3ème khalife général des mourides. Le vendredi 20 septembre 1968, il déclara son souhait de réaliser à Touba 7 projets : Un haut Conseil de concertation (renfermant la famille et les grands Cheikhs de Cheikh Ahmadou Bamba), la prise en charge des veuves de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, le partage des hadyas (contributions volontaires financières ou matérielles des talibés), la prise en charge des besoins de la famille mouride, la création d’une bibliothèque pour conserver les manuscrits précieux, les livres coraniques et d’autres écrits (il repose dans cette bibliothèque), l’élargissement de la capacité d’accueil de la Grande mosquée de Touba, compte tenu du développement démographique de la population, la fondation d’une université islamique à Touba pour accueillir les étudiants du pays et de la sous-région (travaux repris par l’actuel khalife). Il a été remplacé par son jeune frère Serigne Abdoul Khadre, l’imam des imams dont le magistère a duré moins d’une année.

Serigne Saliou Mbacké

« As-Salih », plus connu sous le nom de Saliou Mbacké, a accédé au califat du mouridisme le 13 mai 1990 après la disparition de Serigne Abdoul Khadre Mbacké. Serigne Saliou Mbacké a créé des Daaras qui abritent jusqu’à présent des milliers de jeunes. Parmi ces sites de recueillement à des fins éducatives et spirituelles, Khelcom reste sans conteste la plus célèbre et la plus illustre, œuvrant pour le perfectionnement humain. Premier agriculteur du Sénégal, il exploitait un domaine de 49 000 hectares à Khelcom, un village du bassin arachidier, et cultivait de l’arachide, du mil, du maïs, des produits maraîchers dans diverses localités du pays : Ndiouroul, Ndiapandal, Ndoka. Le cinquième khalife de Serigne Touba a acquis pour la communauté en janvier 2002, à grand frais, un imposant immeuble à Taverny, en France. Il a lancé les grands travaux de modernisation et d’assainissement de la cité religieuse.

Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké : Le 1er des petits-fils

Il a inauguré l’ère des petits-fils. Son magistère n’a pas duré. Il est resté 30 mois à la tête de la communauté. Avec lui, la communauté mouride a eu un porte-parole. Il a aussi poursuivi les travaux de modernisation débutés par son oncle Serigne Saliou Mbacké et débuté la construction de la mosquée Massalikoul Djinane. Il a parachevé les travaux de modernisation de la grande mosquée.

Serigne Sidy Mokhtar Mbacké : Le soufi

Le 7ème khalife général des mourides a pris le relais après son cousin Cheikh Mouhamadou Lamine Bara Mbacké. Il a construit 2 minarets qui sont venus s’ajouter aux 5 qui existaient déjà. Il a achevé les travaux de la mosquée Massalikoul Djinane et les cimetières de Bakhiya.

Serigne Mountakha : Le jovial

Al Mountakha ! Son sourire est bien prisé par beaucoup de ses contemporains qui retiennent de lui, le jovial. D’ailleurs, ce sourire appelé « mbekté mi ». Il a poursuivi les travaux de l’université et veut amener l’eau du lac de Guiers à Touba,note Bes Bi.

Assane SEYE-Senegal7