L'Actualité en Temps Réel

Le Parlement va-t-il reprendre son vrai pouvoir ?

Le peuple sénégalais a encore une fois donné au monde entier une belle leçon de démocratie – comme à son habitude, d’ailleurs – en tenant des élections paisibles dont la transparence est toutefois contestée par l’opposition notamment dans le nord du pays (Matam, Podor, Kanel, Ranérou). La 14e législature qui va prendre place septembre prochain suscite beaucoup d’espoir chez ce peuple qui a tant souffert de la 13e législature. Cette nouvelle Assemblée redonnera-t-elle au peuple son vrai pouvoir ?

Le bas niveau du débat à l’Assemblée nationale a longtemps été décrié. Mais avec cette ère de renouveau, d’exigence de gestion transparente, les députés nouvellement élus doivent impérativement prendre conscience des enjeux de l’heure et savoir relever les défis pour répondre convenablement aux attentes d’un peuple sénégalais devenu plus exigent au sujet de la gestion de la cité.

Pour ce faire, l’Assemblée Nationale doit reprendre tous ses pouvoirs. Et les députés qui la composent ont un rôle primordiale à y jouer. Le sénégalais attendent beaucoup des parlementaires de la 14e législature, après une 13e qui a beaucoup fait parler d’elle (Député trafiquants de faux billets, de passeports diplomatiques, députés de Macky Sall…).

Mais l’espoir peut être permis avec des visages comme Barthélémy Dias, Abass Fall, Nafi Diallo, Guy Marius Sagna, entre autres. Le militant des droits de l’Homme, Alioune Tine dit à ce propos que « l’opposition a désormais une grande responsabilité dans le cours des événements ». Mieux, estime le fondateur d’Afrika Jom center, « l’opposition sénégalaise vient de remporter une grande victoire politique qui lui confère une légitimité qui l’oblige à avoir désormais une posture d’homme d’État prêt à exercer le pouvoir ».

Ce pouvoir qui a été entre les mains d’une majorité mécanique contrôlée par la coalition Benno Bokk Yaakaar devra désormais être partagé avec l’opposition Yewwi-Wallu, Aar Sénégal, MPR Les Serviteurs et Bokk Guis Guis. Le Parlement devient dès lors un vrai pouvoir. Pourvu que l’opposition fasse bloc et sache bien s’en servir au profit de l’équilibre des pouvoirs !

A.K.C – Senegal7