L'Actualité en Temps Réel

Les députés de YAW travaillent pour la criminalisation de l’homosexualité

Après l’installation mouvementée de la 14e législature la semaine dernière, les députés du groupe parlementaire Yewwi Askan Wi reviennent à la charge. Hier, ils ont exposé leurs chantiers. Et le travail qui s’annonce pour l’Exécutif et sa majorité à l’Assemblée nationale ne sera pas de tout repos. C’est, en effet, une batterie de propositions et de questions écrites que Birame Soulèye Diop, Abass Fall et Co comptent déposer sur la table du président de l’Assemblée nationale. Il s’agit, entre autres, de propositions de loi sur le code électoral, la criminalisation de l’homosexualité, la loi contre le terrorisme, le contenu local…

Président du groupe parlementaire Yewwi Askan Wi, Birame Soulèye Diop se veut clair : «Nous avons une pleine conscience et une pleine maîtrise de ce qui nous attend. C’est le mandat entier et complet que nous a donné le peuple sénégalais avec 82 députés de l’opposition». Occasion qu’il saisira pour dérouler : «Jusqu’à présent, l’initiative des lois a toujours été donnée à l’Exécutif, mais maintenant le parlement, à travers  Yewwi  Askan Wi, prendra l’initiative des lois à travers différentes propositions de lois»«Nous allons faire des propositions de loi pour avoir un code électoral pour qu’il n’y ait plus de contestations sur le mandat et  les élections… Il y a une disposition qui n’est pas précise sur la criminalisation de l’homosexualité», précise le président du groupe parlementaire Yewwi. Qui ajoute : «Nous voulons une loi pour la criminalisation de l’homosexualité.  Nous allons travailler à ramener cette proposition de loi. Le président de l’Assemblée devra trancher par oui ou non. On saura qui sera pour ou contre. On ramènera la loi sur le terrorisme sur la table de l’Assemblée pour la revisiter».  Cette loi, selon lui, ne sert qu’à arrêter des opposants, arracher des opposants à leurs familles, se débarrasser d’un opposant encombrant.

Au plan économique, l’opposition parlementaire prévoit de revoir la loi sur le contenu local parce que, selon elle, est insuffisamment et inapte à protéger nos entreprises.

Birame Soulèye Diop annonce par ailleurs des enquêtes parlementaires sur la gestion du Port autonome de Dakar, La Poste, les accords de pêche…  Il a également annoncé des questions écrites sur le coût de la vie. «On ne part pas à l’Assemblée pour insulter ou applaudir mais pour bêcher. On va les obliger à travailler», affirme le président du Groupe parlementaire Yewwi Askan Wi.

En ce qui concerne l’affaire Ndiaga Diouf impliquant leur collègue Barthélémy Dias, il affirme que ce dernier saura qu’il aura 52 députés à côté de lui. Dans le même sillage, il a annoncé une saisine de la justice contre le journaliste Madiambal Diagne par rapport à son «discours de haine» contre leur collègue Alphonse Mané. «Un homme stigmatise la population du sud avec un discours de haine, de ségrégation… Cette fois-ci, la couleuvre est trop grande pour passer et on espère que le tailleur constitutionnel redevenu ministre de la Justice laissera les juges faire leur travail. Qu’il assume les conséquences de ces propos», assène Birame Soulèye Diop.