« Les inondations, la faute à Bby… » (Par Mamadou Lamine Diallo)

J’ai demandé à Mansour Faye d’expliquer où sont passés les 750 milliards et plus du premier plan décennal de lutte contre les inondations.

En guise de réponse, après les insultes, il me rappelle en se trompant que j’étais Vice-Président de la Mission d’Information mise en place par le Bureau de l’Assemblée nationale. Il y a une différence entre Mission et Commission d’enquête.
En conclusion de la Mission, j’avais dit deux choses à Serigne Mbaye Thiam:

1. La Mission n’a pas les moyens d’un audit technique des ouvrages, encore moins de la vérification des 750 milliards prétendument dépensés ;

2. Le test de performance sera de vérifier le comportement des ouvrages à la suite d’une pluie forte historiquement connue. La pluie du vendredi 5 août 2022 a tranché la question.

A dire vrai, la seule chose que j’ai apprise de cette Mission d’information est l’explication fournie par ADD, le Ministre des finances, le seul intellectuellement honnête de la galaxie de Macky Sall. En 2014-2015, des scientifiques les ont convaincus de la fin de la période humide au Sénégal, raison pour laquelle, les ressources ont été orientées ailleurs.

En effet, il y a une thèse qui soutient l’existence de périodes humides de 25-30 ans suivies de périodes sèches de même durée au Sénégal. Ainsi, nous vivons une période humide depuis 1997. Pour d’autres, ce n’est pas le cas et ceux-là auraient influencé Macky Sall.

En tout état de cause, il est extraordinaire que ce soit en 2021, que des partenaires ont donné quelques millions d’euros pour mener une étude d’identification des voies naturelles de circulation des eaux de pluie au Sénégal.

Sacré BBY, évidemment qui a horreur de l’esprit scientifique. Tout le monde peut comprendre qu’il faut commencer par là pour à la fois construire des ouvrages et planifier les établissements humains.

En vérité, cette démarche favorise la gouvernance vertueuse et sobre. Macky Sall n’en veut pas. Les corrompus sont contents des travaux d’infrastructure bâclés et enfouis sous le sol.

La pluie révèle au peuple l’étendue de la corruption. On comprend l’affolement de Mansour FAYE, l’homme au vélo cher et importé et le parrain de la Sen’Eau.

Par Mamadou Lamine Diallo, député