L'Actualité en Temps Réel

Locales 2022 : Quand la caution de 15 millions exclut les moins nantis de la course !

La démocratie, c’est aussi l’égalité des chances en dehors des leviers financiers qui favorisent l’émergence du pouvoir des riches ou comme tels. Cumuler le départemental et le communal, signifie casquer 30 millions de FCFA pour  candidater aux prochaines élections locales. Du coup, il ya  aura de grandes chances que les tenants du pouvoir central et les maires en exercice puissent participer et au besoin rempiler à la tête de leurs structures. Puisqu’ils n’ont pas le gousset vide. Mais ceux qui n’ont pas les moyens, seront d’office exclus des sphères décisionnelles. Un impair emmenèrent antidémocratique.

La richesse ne saurait être l’apanage des bons gouvernants ou des maires. Et fixer la caution à 15 millions de FCFA, c’est inéluctablement fausser le jeu démocratique, exclure d’avance les moins nantis  et offrir les sphères de décision à ceux qui sont aux commandes des mairies.

C’est un secret de polichinelle qu’au Sénégal, on use toujours des  positions de pouvoir  pour conforter son échelle politique. En outre,il n’ya pas de plafonnage du financement des partis politiques. L’Etat qui est  censé l’organiser  ne s’en tient qu’à ses intérêts politiques contingents. Aucun contrôle n’est de mise pour y voir clair dans le financement des partis politiques.

Encore moins des mairies. On assiste en quelque sorte à ce que l’on appelle la ploutocratie. C’est à dire  un système de gouvernement et ou local où la richesse constitue la base principale du pouvoir politique. Aujourd’hui, le Gouvernement du Sénégal a fixé la caution à 15 millions de FCFA  qui revient à 30 millions de FCFA,si l’ont veut cumuler le départemental et le communal.

D’autres objecteront que la caution de 15 millions empêche la multiplicité des candidatures et des listes qui risque de poser un sérieux problème à l’électeur. Mais dans ce cas d’espèce, il s’agira de recourir à un parrainage citoyen pour offrir la chance à tous les éligibles afin qu’ils puissent candidater librement.

Un pouvoir, fut-il local, bâti sur la richesse n’est pas forcément profitable aux Sénégalais. Ce qui laisse à penser que ces élections locales ne ressembleront à aucune autre élection dans notre pays. Car, le moins qu’on puisse dire est que les nantis sont d’avance exclus de la course. Si la richesse était gage de bonne gouvernance, le Président Donald Trump ne serait pas battu par Joe Biden  après un seul mandat à la tête des Etats-Unis.

Assane SEYE- Sénégal7