L'Actualité en Temps Réel

Lumumba, la mécanique d’un assassinat

Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba, Premier ministre congolais déchu, meurt assassiné dans le sud du Congo. Son décès provoque une émotion considérable de par le monde et contribue à faire de lui une figure mythique de l’histoire des indépendances africaines. ,rapporte RFI.

Mais pourquoi et par qui ce jeune leader indépendantiste a-t-il été assassiné ? Déstabilisé, diabolisé, traqué, le natif d’Onalua dans le Sankuru a été, durant la dernière année de sa vie, la cible de différents groupes aux intérêts convergents. De plus, en 1960 quand il arrive au pouvoir, prononce un discours très virulent.

Le roi Baudouin venait de prendre la parole pour exalter la grande œuvre de son grand-père Léopold II. S’en est suivi un discours soporifique de Joseph Kasa-Vubu le président. Lumumba prend alors la parole pour expliquer que cette indépendance a été arrachée de haute lutte par les Congolais qui ont souffert toutes les humiliations et brimades possibles et qu’il ne s’agit pas d’un cadeau de la Belgique.

Ce discours est perçu comme un crime de lèse-majesté qui va conduire les officines belges ou américaines à l’écarter du pouvoir. Lumumba n’est Premier ministre que depuis un mois quand éclatent les premières mutineries de la police le 5 juillet 1960, puis  le 11 juillet le Katanga déclare sa sécession et son indépendance.
Là, il y a précipitation du délitement de l’Etat. Patrice Lumumba fuit Kinshasa en novembre 1960, il est arrêté le 2 décembre et à la fin décembre il est amené au Katanga où il sera assassiné. 

Assane SEYE-Senegal7