Accueil Actualités Maky-Idy : Sonko, l’agneau du « deal » ?

Maky-Idy : Sonko, l’agneau du « deal » ?

Le leader du parti Pastef les Patriotes fait face à des accusations de viols et de menaces de mort. Ousmane Sonko fait ainsi face à de possibles poursuites judiciaires qui, en cas de condamnation, pourraient engendrer de fâcheuses conséquences sur son avenir politique. Mais, l’élimination de Sonko de la scène politique ne ferait pas que des malheureux. Macky et Idy y trouveront évidemment leur compte. Le parlementaire est-il l’agneau du sacrifice ?

A qui profite le crime ? Appliquer cette question chère aux enquêteurs à cette affaire Sonko mènerait immanquablement à deux monstres sacrés de la politique sénégalaise, Macky et Idy. Tous les deux gagneraient au compte dans une possible éviction de Ousmane Sonko de la scène politique.
La montée en puissance du leader du Pastef a sérieusement remis en cause le leadership de Idrissa Seck dans l’opposition. Jeune, dynamique et porteur d’un discours anti-système qui emporte l’adhésion d’une bonne frange de la population, Ousmane Sonko a surtout ringardisé l’ancien maire de Thiès qui passait pour un des derniers Mohicans de « l’ancien monde ». Le symbole achevé du système avec ses tares si épinglées dans le discours de Sonko et de ses partisans. Il était évident que les pas de géant du leader du Pastef sonnaient la dégringolade du « Rewmiste en chef ». Ce dernier fidèle à sa réputation a finalement, et à la surprise générale, effectué un de ses revirements dont il a le secret pour se retrouver dans le camp présidentiel. Un ralliement conclu au terme de pourparlers de plus d’un an avec le Chef de l’état. La décision d’Idrissa Seck a été sujette à plusieurs interrogations. Les termes inavoués du « deal » attisent encore la curiosité. Et si l’équation Ousmane Sonko a été abordée entre les deux personnalités ? L’élimination de Sonko a-t-il été une condition sine qua non ? En tout cas trois mois après cette « paix des braves », le nouvel homme fort de l’opposition est empêtré dans une affaire de mœurs. Le fait que l’accusatrice soit transportée par un neveu (militant) d’un cadre important de la majorité présidentielle, après le « dernier viol », a ajouté de l’eau au moulin des défenseurs de la thèse du complot. Les incohérences de la plaignante, notées dans le PV d’enquête de la Gendarmerie, sèment également  le doute dans l’esprit de certains observateurs.
Ousmane Sonko demeure convaincu qu’il a été victime d’une cabale orchestrée par le Chef de l’exécutif, inquiet de ses pas de géants… Il est vrai que le leader du Pastef est un cheveu dans la soupe… Un grain de sable dans le fameux « Mbourook Soow ».

Mbissane TINE-Senegal7