L'Actualité en Temps Réel

Mandat de coordonnateur terminé depuis un an : Y’a-t-il un cas Khalifa Sall à Yewwi ?

Taxawu Dakar semble rouler comme sur des roulettes à Yewwi Askan Wi. En conférence de presse avant-hier au siège de Taxawu Sénégal dont il est le chef de file, Khalifa Sall était en plein milieu du présidium, distribuant la parole à tour de rôle, après avoir été le premier à intervenir.

Bref, il a tenu à la perfection son rôle de coordonnateur, faisant l’unanimité chez les leaders de Yewwi Askan Wi présents au siège de son mouvement. Aucun couac, aucune dissonance, aucun grincement de dent. Comme si tout le monde voyait d’un bon œil le fait qu’il continue à assurer la coordination de la coalition près d’un an après la fin de son mandat.

Or, si en apparence, tout semble allait bien dans le meilleur des mondes au sein de Yewwi, il en est autrement en coulisses. Et pour cause, il continue à assurer la coordination de Yewwi en violation flagrante de la charte qui régit ladite coalition. Laquelle dispose clairement que le mandat de coordonnateur est de trois mois non renouvelables.

Autrement dit, c’est depuis le 2 décembre 2021 qu’il aurait dû passer la main à un des membres de la conférence des leaders. Ce qui n’a pas encore été fait près d’un an après la fin de son mandat au grand dam de certains membres de la Conférence des leaders qui voudraient le voir passer le témoin conformément aux dispositions règlementaires de Yewwi Askan Wi.

Pourquoi diantre, Khalifa Sall s’éternise- t-il au poste de coordonnateur ? L’ancien Maire de Dakar prendrait-il un malin plaisir à trôner à la tête de la principale coalition de l’opposition ? Ou faudra-t-il le débarquer pour qu’il lâche enfin le poste ?
Violation flagrante de la charte de la coalition

tout cas, si sa présence au poste est encore tolérée, il n’est pas exclu qu’elle suscite à terme un vrai malaise au sein de la Conférence des leaders dont certains membres considèrent qu’il est grand temps de respecter scrupuleusement la rotation prévue au poste de coordonnateur par la charte de la coalition.

Pour l’instant, personne ne veut être le premier à poser ouvertement sur la table le départ de Khalifa Sall du poste de coordonnateur pour ne pas passer pour celui d’inéligibilité, il tient à travers la coordinationdes activités de Yewwi Askan Wi un moyen d’exister politiquement.

Qui plus est, entenant les mannettes de la principale coalitionde l’opposition, il se donne un levier politique sans commune mesure avec l’impasse danslaquelle il se trouve depuis sa déchéance de son poste de député et son éviction à la Mairie de Dakar.
47

Et ce, à la suite de l’affaire dite de la caisse d’avance de la Ville de Dakar. Par ailleurs, certains lui attribuent en coulisses la relative léthargie de la coalition ces derniers temps. Longtemps absent du pays, il n’était revenu qu’à la veille de    l’audition de Ousmane Sonko par le Doyen  des juges dans l’affaire Sweet Beauty, le 3 novembre dernier.

 

Avant de repartir pour ne réapparaître publiquement qu’avant-hier mardi pour les besoins de la conférence de presse au siège de Taxawu Sénégal. Et pour un coordonnateur dont le mandat s’est achevé officiellement depuis le 2 décembre 2021.

Senegal7 (avec Vrai Journal)

qui régit ladite coalition. Laquelle dispose clairement que le mandat de coordonnateur est de trois mois non renouvelables.

Autrement dit, c’est depuis le 2 décembre 2021 qu’il aurait dû passer la main à un des membres de la conférence des leaders. Ce qui n’a pas encore été fait près d’un an après la fin de son mandat au grand dam de certains membres de la Conférence des leaders qui voudraient le voir passer le témoin conformément aux dispositions règlementaires de Yewwi Askan Wi.

 

Pourquoi diantre, Khalifa Sall s’éternise- t-il au poste de coordonnateur ? L’ancien Maire de Dakar prendrait-il un malin plaisir à trôner à la tête de la principale coalition de l’opposition ? Ou faudra-t-il le débarquer pour qu’il lâche enfin le poste ?
Violation flagrante de la charte de la coalition

tout cas, si sa présence au poste est encore tolérée, il n’est pas exclu qu’elle suscite à terme un vrai malaise au sein de la Conférence des leaders dont certains membres considèrent qu’il est grand temps de respecter scrupuleusement la rotation prévue au poste de coordonnateur par la charte de la coalition.

Pour l’instant, personne ne veut être le premier à poser ouvertement sur la table le départ de Khalifa Sall du poste de coordonnateur pour ne pas passer pour celui d’inéligibilité, il tient à travers la coordination des activités de Yewwi Askan Wi un moyen d’exister politiquement. Qui plus est, entenant les mannettes de la principale coalition de l’opposition, il se donne un levier politique sans commune mesure avec l’impasse dans laquelle il se trouve depuis sa déchéance de son poste de député et son éviction à la Mairie de Dakar.

Et ce, à la suite de l’affaire dite de la caisse d’avance de la Ville de Dakar. Par ailleurs, certains lui attribuent en coulisses la relative léthargie de la coalition ces derniers temps. Longtemps absent du pays, il n’était revenu qu’à la veille de l’audition de Ousmane Sonko par le Doyen des juges dans l’affaire Sweet Beauty, le 3 novembre dernier. Avant de repartir pour ne réapparaître publiquement qu’avant-hier mardi pour les besoins de la conférence de presse au siège de Taxawu Sénégal. Et pour un coordonnateur dont le mandat s’est achevé officiellement depuis le 2 décembre 2021.

 Senegal7 (avec Vrai Journal)