Police Pikine : Devant les enquêteurs, le meurtrier de Fatou Kiné Gaye perd contrôle

Lorsque les éléments  de la police scientifique et les enquêteurs obtiennent le numéro  de téléphone du meurtrier de Fatou Kiné Gaye et lui demandent de venir, Khassimou Bâ perd  son assurance et se présente tout confus.

 Le bonhomme panique à la moindre question. Puis ses mains qui tremblent n’échappent  pas au regard des enquêteurs qui décident alors de le conduire au commissariat de Police de Pikine pour l’auditionner.

Une fois dans les locaux de la Police, Khassimou Bâ n’a pu livrer aucune explication sur ses blessures et les griffures à la poitrine. Son téléphone borné dans les environs de l’agence et le témoignage d’un individu qui l’a aperçu dans l’après-midi sur les lieux du crime ont servi à davantage faire de lui le premier suspect pour les enquêteurs.

 Après la collecte des indices accablants par la police scientifique avec l’appui des enquêteurs de la police de Pikine , l’affaire est confiée à la Sûreté urbaine où Khassimou a été conduit. Interrogé sur l’origine de ses blessures, le présumé mis en cause  tente de mener en bateau les enquêteurs.

En avançant qu’il était tombé en transe et qu’il s’était malencontreusement blessé.Une explication rejetée par l’un de ses  amis qui a été auditionné et qui l’a démenti.(…).Mais la perquisition de sa chambre a permis de retrouver l’arme du crime (un couteau de cuisine) et de l’argent en espèce sur son  lit.

Ainsi, devant son  domicile, la bâche qui était déjà dressée dans la rue pour le baptême, a été enlevée sur injonction des policiers, rapporte l’Observateur.

Assane SEYE-Senegal7