L'Actualité en Temps Réel

Possibilité de falsifier l’ADN : Sonko a-t-il flairé le coup fourré !

Dans une contribution publiée au journal yoor yoor,le spécialiste Makhtar Diouf pose la problématique de l’ADN en  termes de Mythe ou réalité !
Le spécialiste en la matière  explique en effet que l’ADN a été présenté comme la reine des preuves. Une infaillibilité véhiculée par les enquêtes criminelles des séries de télévision. Mais selon lui, la réalité est toute autre. C’est une épée à double tranchant et certainement pas une panacée.

Et pour résumer, il dira que l’acide désoxyribonucléique (ADN) est une molécule ,présente dans toutes les cellules vivantes, qui renferme l’ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement d’un organisme. On parle d’information génétique, de génome.

C’est par l’ADN que se transmet l’hérédité. Les cellules forment les chromosomes dans lesquels se trouve  l’ADN qui comprend les gènes. Les gènes sont ainsi de petites sections de l’ADN.L’ADN est utilisé comme preuve dans les enquêtes depuis 1990,comme empreinte génétique venant en complément des empreintes digitales.

Mais Makhtar Diouf explique que si l’ADN est présenté comme la reine des preuves par les séries télévisées, la réalité est toute autre. Il en conclut alors que l’ADN  est une épée à double tranchant. : il permet d’innocenter un innocent, son ADN ne correspondant pas à l’ADN trouvé sur le lieu du crime; mais il peut incriminer un innocent.

Il est arrivé (cas réels dans les pays occidentaux) que l’ADN d’un individu soit trouvé dans un endroit où il est prouvé qu’il n’a jamais mis les pieds. L’utilisation de l’ADN dans les enquêtes présente des limites.(…).Makhtar Diouf explique toujours dans cette rubrique que des chercheurs Israéliens ont découvert en 2009 qu’il était bien possible de falsifier l’ADN.

Qu’il est facile de fabriquer des échantillons d’ADN qui pourront être incorporés dans le sang ou la salive.  C’est dire que les raisons qui ont poussé le leader de Pastef, Ousmane Sonko à refuser systématiquement de procéder au test ADN sont bien fondées. Car,s’il l’avait accepté; dans tous les cas de figure, cette dernière technique de falsification trouvée par les Israéliens allaient lui être appliquée et son sort serait scellé pour de bon.

Assane SEYE-Senegal7