Procès de la tuerie de Boffa Bayotte : le délibéré fixé au 13 juin

Le procès des auteurs présumés du massacre de 14 personnes en 2018 s’est achevé vendredi soir devant le tribunal de grande instance (TGI) de Ziguinchor (sud), qui a mis son jugement en délibéré au 13 juin prochain, a appris l’APS.

La dernière audience s’est terminée dans la soirée de vendredi. Les accusés comparaissaient, depuis le 21 mars, devant la chambre criminelle du TGI de Ziguinchor pour 14 chefs d’inculpation. 

Mercredi, le ministère public avait requis la réclusion criminelle à perpétuité, c’est-à-dire la prison à vie, à l’encontre de 11 des 13 personnes accusées du meurtre de 14 bûcherons en 2018, dans la forêt de Boffa Bayotte, dans la région de Ziguinchor. 

‘’La peine capitale est abolie au Sénégal. C’est pourquoi je demande la réclusion criminelle à perpétuité’’, avait déclaré le procureur près la chambre criminelle du tribunal de grande instance. 

Le magistrat Ismaïla Diallo terminait ainsi un long réquisitoire durant lequel il s’est mis à démontrer la culpabilité des accusés.

Il avait requis une peine d’emprisonnement ferme de deux ans pour deux d’entre eux, pour détention illégale d’armes à feu. 

Les deux personnes concernées ont été mises en liberté provisoire depuis le 28 janvier. A la même date, 10 autres prévenus avaient obtenu un non-lieu et étaient remis en liberté après quatre ans passés en détention préventive. 

Mercredi, le ministère public a réclamé aussi le maintien du mandat d’arrêt décerné au chef rebelle César Atoute Badiate, l’un des leaders du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (rébellion), jugé par contumace dans cette affaire. 

Les accusés sont jugés pour association de malfaiteurs, participation à un événement insurrectionnel, assassinat, tentative d’assassinat et séquestration.

 Le vol en réunion avec usage d’armes et de violence, la détention illégale d’armes de la première catégorie et la complicité d’assassinat font partie des chefs d’accusation pour lesquels ils sont jugés. 

Les avocats de la partie civile ont réclamé 20 millions de francs CFA en guise de dommages et intérêts pour chacune des familles des 14 bûcherons tués le 6 janvier 2018.

Senegal7 Avec l’Aps