L'Actualité en Temps Réel

Récusée : Mimi est-elle « une patate chaude » entre les mains du Chef de l’Etat ?

Les bisbilles cycliques entre le Chef de l’Etat Macky Sall et son ancienne Premier Ministre Aminata Touré sont loin de connaitre leur épilogue.

Et tout semble se jouer au prorata des grands enjeux politiques du moment.Tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby) lors des élections législatives du 31 juillet dernier, Mimi est arrivée tant bien que mal à sortir son camp la tête de l’eau avec une majorité relative requinquée par le député Pape Diop.

Ce, au moment où l’opposition s’est taillée la part belle avec 82 députés contre 83 députés. Un score qu’elle n’a jamais eu sous le magistère du Président Macky Sall.

Ejectée de la manière la plus sordide de la tête du Conseil Economique Social et Environnemental (Cese) à la faveur du « Mbourok Sow » entre Idrissa Seck et le premier Sénégalais, Mimi Touré s’est arcboutée sur l’impossibilité de son mentor à briguer un troisième mandat. Le calumet de paix était loin d’être fumée entre les deux, en ce moment précis.

Mais entre temps, ce même calumet a fini par être fumé par les deux parties. Et pour couronner cette entente plus que troublante, Mimi a été nommée envoyée spéciale, puis en charge du parrainage.

Ensuite, elle fut propulsée tête de liste nationale de la coalition Benno Bokk yaakaar (Bby) et finit par tirer son épingle du jeu avec une majorité relative de 82 députés plus un avec l’arrivée de Pape Diop.

Mais contre toute attente, alors qu’elle s’attendait à se voir proposer le poste de Président de l’Assemblée Nationale,Mimi se voit prestement écarté sans management. D’ailleurs,elle avait boudé la salle de l’hémicycle pour ne pas voter lors de l’installation de la 14e Législature.

Aujourd’hui, le torchon brûle encore entre elle et son mentor Macky Sall.La question aujourd’hui est de se demander si Mimi va rejoindre l’opposition où s’elle préfère s’ériger en « patate chaude » entre les mains d’un Chef de l’Etat qui n’occulte en aucune façon les ambitions présidentialistes de son ancienne Premier ministre ?

Assane SEYE-Senegal7