L'Actualité en Temps Réel

Retrouvailles libérales chimères ? Apprendre de la jurisprudence de la Gauche 

Depuis plusieurs années, le débat tourne autour des retrouvailles de la famille libérale. Depuis lors, rien de nouveau, sinon des déchirures. D’autres obédiences politiques appartenant surtout à la Gauche de manière générale l’ont tenté. Echec à tous les niveaux… Vers 2008, après avoir constaté des départs dans ses rangs et tout en constatant un renforcement de l’opposition qui avait lancé les consultations citoyennes en perspective de la tenue des Assises nationales, Me Abdoulaye Wade alors au pouvoir, avait compris quelque chose. Autrement, de la nécessité de lancer les retrouvailles de sa famille politique.

En son temps, il avait même pointé le doigt sur Me Doudou Ndoye, Serigne Diop, Me Massokhna Kane, Jean Paul Dias, entre autres, en leur demandant de revenir au bercail. Quelques temps après, il avait surtout lancé la réorganisation de son parti en lançant le concept de Parti démocratique libéral (Pds-L) afin de récupérer tous les frustrés ainsi que les démissionnaires.

Mais, cela n’avait pas abouti, même si des retours avaient été constatés. Après la perte du pouvoir, il avait également émis le souhait des retrouvailles libérales.  Malheureusement, l’affaire Karim Wade avait grippé la machine, non sans tenir compte des nombreuses arrestations dans son rang. Aujourd’hui encore, la même idée occupe tous les débats et rien n’est posé comme actes concrets permettant de juger de la bonne foi politique des uns et des autres. De ce point de vue, est-ce qu’en réalité, ces retrouvailles de la famille libérale ne sont pas de pures chimères.

Et pour cause, la jurisprudence de la Gauche est un exemple patent. Le Parti socialiste (Ps) complètement disloqué quelques temps après la perte du pouvoir par Abdou Diouf en 2000, cherchait les voies et moyens pour retrouver ses forces et aller à la reconquête du pouvoir. A cet effet, après la présidentielle de 2007, des pontes socialistes ont essayé de recoller les morceaux. Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp), feu Djibo Leyti Kâ de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd) ainsi que Robert Sagna du Rassemblement pour le socialisme et la démocratie/Takku défaraat Sénégal (Rsd/Tds) avaient décidé de prendre langue, d’échanger pour voir les contours d’une réconciliation politique.

Ils avaient tous émis l’impérieuse nécessité d’une retrouvaille de la famille socialdémocrate. Des tractations sont nées après les visites des uns et des autres.Mais, rien n’avait pu être mis en branle afin de concrétiser un tel souhait.
Dans la même logique, l’autre Gauche rassemblée autour des idéologies marxiste-léniniste, maoïste ou encore trotskyste l’ont également essayé. C’était aussi au cours de la période post-présidentielle de 2007. Regroupés autour du Collectif pour la reconstitution de la Gauche

sénégalaise, les principaux acteurs ont aussi échoué. Les intérêts ayant évolué, les postures ayant changé, le regard de la politique un peu travesti par l’exercice du pouvoir par certains, la Gauche dite politiquement radicale n’avait pas réussi à se retrouver. De ces points de vue, les libéraux peuvent-ils faire exception surtout à un moment où ceux qui prennent du volume politique incarnent une autre vision de la manière de pratiquer la politique loin des considérations propres aux partis dits traditionnels vont la dégringolade est allée crescendo. L’idée d’une retrouvaille étant encore soulevée par des nostalgiques.

Avec Senegal7