Accueil Actualités Sonko,Macky,Serigne Cheikh Abdou Mbacké : Des Alliances de principe revisitées

Sonko,Macky,Serigne Cheikh Abdou Mbacké : Des Alliances de principe revisitées

Le Chef  religieux et marabout du leader de Pastef Ousmane Sonko n’est pas n’importe qui. En effet Serigne Cheikh  Abdou Mbacké ibn Serigne Cheikh Khady Mbacké bou Borom Darou Mouhty se définit comme un homme de consensus qui n’a pas de sens interdit dans tout le pays. Et ce, dans tous les foyers religieux, aussi bien au sein de la société civile qu’au niveau des leaders politiques  de l’opposition et du pouvoir. Khalife de Serigne Cheikh Khady Mbacké, il n’en demeure pas moins un politique chevronné mû par des convictions fortes en faveur d’un Sénégal de paix, de concorde civile et religieuse. Il a cheminé avec Macky Sall avant de jeter son dévolu sur Ousmane Sonko.

Le Khalife de Serigne Cheikh Khady Mbacké de Darou Mouhty est un chef religieux entier qui ne mâche  jamais ses mots mais qui s’est toujours soucié de l’avenir politique de notre pays. Et son discours  au cours de la célébration de l’édition  du Magal 2011 résonne aujourd’hui comme un bréviaire par rapport au contexte politique actuel marqué par des soubresauts entre le pouvoir de Macky Sall et le leader de Pastef Ousmane Sonko.

« Il nous faut avoir le courage  de l’admettre : au moment où nous célébrons cette édition 2011 du Magal, notre pays vit un contexte qui n’est guère rassurant pour son avenir immédiat et lointain ». En effet, ces quelques mots de Serigne Cheikh Abdou Mbacké témoignent de l’engagement du Cheikh en faveur d’un Sénégal de consensus où chaque citoyen, chaque entité religieuse, chaque politique  doit y retrouver la  place qui est la tienne.

D’ailleurs, c’est ce qui l’a motivé à  appeler naguère les chefs religieux à revoir leurs entourages afin que cette affaire de viol et de menace de mort dont le leader de Pastef serait accusé puisse avoir un dénouement heureux. Pour le Khalife de Serigne Cheikh Khady Mbacké, il faut que justice soit faite sans partie prise. Il invite ainsi le chef de l’Etat, Macky Sall, à intervenir.

“Tous les citoyens sont des Sénégalais. Il n’y a pas de différence entre ceux de Pastef, de BBY ou du PDS, entre autres. Tous les citoyens doivent être égaux. Macky Sall est le père de la Nation. Il doit le savoir”,  a affirmé  le marabout dans un média de la place. Son père, Serigne Cheikh Khady Mbacké, fut le 3e khalife de Mame Thierno Birahim Mbacké, frère cadet de Serigne Touba.

Il  a en effet affirmé qu’il n’a  aucun sens interdit aussi bien dans les foyers religieux que du côté des sénégalais d’obédience confondue. Mais qu’il est de tous les combats en faveur de notre pays. L’on se rappelle  lorsque le député Aliou Dembourou Sow avait proféré des propos ethniques, Serigne Cheikh Abdou Mbacké  était monté au créneau pour fustiger de tels comportements qu’il jugeait non avenus. Il en est de même du débat sur la suppression des villes.

Erudit patenté et ayant fait le tour du monde, le Cheikh a promis de se mobiliser et de mobiliser ses proches contre toute tentative de déstabiliser le Sénégal. Il a également fait savoir que c’est auprès de lui qu’Ousmane Sonko  le leader de Pastef Les Patriotes a fait acte d’allégeance il y a de cela plus d’une dizaine d’années. En 2011 alors qu’il avait bataillé ferme aux côtés de l’opposant Macky Sall jusqu’à  l’accession de ce dernier à la tête du pays, Serigne Cheikh Abdou Mbacké a expliqué que ce qu’il voit aujourd’hui ne le rassure guère.

Ainsi,il se fait le porte étendard  de tous les combats pour la restauration de la démocratie sénégalaise et son discours lors du Magal  2011  est plus qu’actuel et cadre bien d’avec la situation actuelle. « La paix et la concorde nationale n’ont jamais été aussi menacée. Nos compatriotes sont assaillis par des difficultés de toutes sortes. Ils n’ont plus foi  en l’avenir et ne croient plus à ceux qui  les dirigent qui ne leur inspirent plus confiance. La solidarité et le sens du partage ne sont plus un réflexe chez les sénégalais.

Les élites religieuses comme politiques sont  quasiment en faillite. En somme, et n’ayons surtout pas peur des mots, le pays va mal. Et  même très mal », avait  averti Serigne Cheikh Abdou Mbacké à l’époque. Fidèle à sa ligne de conduite et à ses fortes convictions religieuses et  politiques, le Cheikh appelle les sénégalais à se conformer strictement à cette recommandation du Tout puissant que des érudits comme Cheikh Ahmadou Bamba et Mame  Thierno Birahim Mbacké  ont vécu leur époque paisiblement et épargné  à notre pays-plusieurs décennies après leur disparition-des soubresauts qu’il y a eu sous d’autres cieux ».

C’est dire que le Cheikh dépeint comme un soufi exemplaire reste ouvert à tous les Sénégalais mais il n’a jamais dévié du chemin de la vérité et de l’engagement citoyen pour son pays le Sénégal.

Assane SEYE-Senegal7