Accueil Actualités Sous les décombres : des pêcheurs de Sanyang se confient

Sous les décombres : des pêcheurs de Sanyang se confient

Les heurts entre sénégalais et gambiens dans le village de Sanyang ont fait des dégâts. 280 pécheurs ont pris la fuite pour se réfugier à Batakunku. Plus de 30 pirogues et d’autres matériels ont été réduits en cendre par des gambiens. Dix jours après les faits, des victimes se sont confiés au quotidien l’observateur.

Ndeye WADE, 45 ans : « Je vis en Gambie depuis 27 ans. Tous mes enfants sont nés ici. Le lundi 15 mars, j’étais chez moi quand tout d’un coup, ma fille est revenue à la maison en courant, disant que nous allions être tués. Elle était poursuivie jusque dans la maison par une foule armée de coupe-coupe, ciseaux et bâtons.  Un voisin gambien nous a gardées chez lui durant des heures. Ils ont mis le feu à nos matelas et valises où il y avait nos revenus. Avec ma famille j’ai quitté le village de Sanyang en compagnie de la police gambienne. Les femmes de Batakunku nous ont donné des habits. Vu la façon dont nous en avons été chassés, je ne vois plus une raison qui doit pousser à y retourner. »

Balla MBAYE 51 ans : « Je suis marié à trois épouses et père de 16 ans.  Je travaille en Gambie depuis 1987. Je vis à Sanyang avec une de mes femmes et un enfant. J’ai été obligé de me séparer d’eux depuis une semaine. Je les ai laissés là-bas avec le propriétaire de la maison où je vivais. J’avais trois pirogues. L’une d’elle a été brulée et 200 de mes filets aussi. J’ai perdu près de 3 millions de nos francs.  Cet arrêt de travail me fait perdre 250 000f par jour. »

 

Fanta DIALLO BA-Senegal7