Raabi  header

Un drame sans fin dans les hôpitaux : 20 bébés périssent calcinés entre 2021 et 2022

Ce qui se passe dans les hôpitaux de notre pays est symptomatique de structures sanitaires grabataires où les règles les plus élémentaires de sécurité et de protection des enfants et de leur maman sont foulées au pied. Entre 2021 et 2022, moins de 20 nourrissons ont péri dans nos structures sanitaires. Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr doit-il être sur le départ !

Un série macabre de nourrissons dont le seul tort est de venir au monde et d’être accueillis dans des structures sanitaires censés leur prodiguer des soins intensifs et qui par négligence finissent par prendre feu en les ôtant la vie.

La situation est suffisamment grave pour être assimilée à un simple accident. L’heure est venue de revoir ce qui ne va pas dans nos structures sanitaires car les tragédies se multiplient à un rythme effréné devant des autorités sanitaires qui ne semblent pas avoir de prise sur leur département ministériel.

La chronologie de ces drames répétitifs laissent pantois tous les sénégalais.Le 27 avril 2021,

 un incendie est survenu au service de néonatalogie de l’hôpital Maguette Lô de Linguère et le bilan est passé  de quatre à six bébés morts calcinés.

 Ce violent incendie s’est produit dans cet établissement sanitaire, alors que plusieurs nouveau-nés prématurés y étaient dans des couveuses.
Le mercredi 13 avril 2022, l’affaire Astou Sokhna  défraie la chronique à l’hôpital régional de Louga.

Cette dame  qui était en état de grossesse critique a été négligée au point de rendre l’âme pour n’avoir pas été assistée à temps.

 Le limogeage du Dr Diouf est survenu quelques jours seulement après le décès en couches  de cette dame au service de maternité de l’hôpital régional de cette ville. 

Le 07 Mai 2022,à l’hôpital régional de Kaolack également un bébé qui a été déclaré mort par un médecin à la pédiatrie de l’hôpital régional de Kaolack,  a été retrouvé vivant dans un carton quelques heures plus tard à la morgue dudit hôpital avant de passer de vie à trépas.

 L’aide soignante qui avait rédigé le certificat de genre de mort de ce nourrisson a été arrêtée par la Police.

 Hier mercredi 25 Mai 2022, suite à l’incendie survenu au service de néonatalogie de l’hôpital Mame Abdou Aziz Sy Dabakh 11 nouveaux nés y sont décédés

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, quant à lui, a été rappelé depuis Davos en Suisse où il est en mission. La situation de structures sanitaires de notre pays est telle qu’aujourd’hui, la démission d’Abdoulaye Diouf Sarr est irréversible.

Les Sénégalais ne peuvent plus continuer à vivre ses drames récurrents dans nos hôpitaux. La politique de santé du Gouvernement est à repenser. A contrario, cette série macabre de nourrissons risque de perdurer dans le temps. !

Assane SEYE-Senegal7