L'Actualité en Temps Réel

Une opposition frileuse et nulle (Par Adama Gaye)

A nouveau, elle a raté le coche.
L’opposition Sénégalaise, tous leaders confondus, a manqué, hier, la plus belle occasion qui lui a jamais été offerte de briller. Comment analyser autrement son absence à la marche autorisée que la presse nationale a initiée pour exiger la libération de l’un de ses membres éminents, en la personne de Pape Alé Niang, actuellement détenu, illégalement, par le régime, libertivore, de Macky Sall?
C’était une chance unique. Elle l’a laissée passer. Aucune de ses grandes figures n’a daigné se déplacer jusqu’au lieu de la marche non seulement pour témoigner son soutien à une corporation qui, grosso modo, leur a plutôt été souvent d’un inestimable soutien quand elles ont été malmenées par le pouvoir en place mais en profiter pour déployer la fonction tribunitienne qui mendiait enfin leur présence sur cette si belle plateforme.
C’était, comme jamais avant, dans un contexte où le pays rêve d’entendre un discours fondateur et de clarification, la plus belle opportunité, devant un régime acculé par les dénonciations dont celles récentes d’Amnesty International ont fait mouche, de dire au monde entier l’état calamiteux de la démocratie Sénégalaise.
Pour une fois, l’Etat du Sénégal, pris de peur-panique, acceptait que ses critiques montent sur une si puissante tribune, sous les yeux des médias de toute la planète et de la techtonique des plaques numériques de l’internet pour le brocarder. Légalement. N’était-ce pas pain bénit? De prouver, faits et arguments à l’appui, que cette démocratie Sénégalaise n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut longtemps. De dire qu’elle n’occupe plus cette première place dans le jeu politique africain qui semblait auparavant lui aller comme un gant. Tant par sa vivacité, ses innovations, son pluralisme, l’étendue de ses libertés, ses alternances pacifiques, ses forces sociales dynamiques, des syndicats porteurs d’un corporatisme salutaire au foisonnement de ses écoles et universités, jusqu’à sa presse encore plus dense et audacieuse qu’elle ne l’est plus…
Comment les dirigeants de l’opposition ont-ils eu le réflexe de se défiler quand le devoir les invitaient à la solidarité envers ne serait-ce qu’un Pape Alé?
Ce dernier a été l’un des plus ardents défenseurs de certains d’eux lorsqu’ils ont eu maille à partir avec la justice ou lorsqu’ils ont été bousculés politiquement, sur des questions judicaires ou personnelles, par un pouvoir inquisiteur?
Il suffisait simplement que l’opposition se présentât à la marche pour en récolter les dividendes auprès d’un peuple qui n’attendait que ça pour avoir le sentiment qu’elle est franche dans sa posture. A moindres frais, sans aucun risque d’être bastonnés ni interdits de s’exprimer, puisqu’encore une fois la manifestation était légale, les responsables auto-proclamé -e-s de l’opposition pouvait projeter en direction des chancelleries diplomatiques, des milieux financiers, des services mondiaux de renseignements, des médias tous les combats et les récriminations mais encore plus les ambitions et projets qu’ils nourrissent pour le pays.
En irresponsables et peureux, sans doute véritables complices de la dictatures de Macky qu’ils disent combattre, leur posture, par une absence inexplicable, en font de grands adversaires de la démocratie.
Plus que le régime de Macky, vomi par le peuple, c’est l’opposition qui ne vaut plus un sou dévalué au lendemain de son ratage….
PLus nulle qu’elle, tu meurs!
Adama Gaye est un journaliste et opposant en exil du régime de Macky Sall.
PS: Et c’est dire qu’Alioune Tine, le plus que loufoque larbin de Macky Sall veut faire de cette opposition « missing-in-action » celle qui doit être « convoquée » par le tyran de Ndoulomadji pour discuter de la démocratie nationale. Suspicion à tous les étages, en effet…Nous disons là-aussi NON.

Par Adama Gaye