Variants du Coronavirus: Après Delta, Beta… C.1.2 apparait

Après le variant Delta, voici le variant C.1.2, détecté en Afrique du Sud et dans d’autres pays. Selon une étude préliminaire de l’institut sud-africain des maladies transmissibles qui doit être confirmée, ce variant serait bien plus contagieux que les autres variants, et surtout, il pourrait rendre les vaccins inefficaces. Voici ce que l’on sait.

Après les variants Alpha, Beta, Delta, Gamma, voici le C.1.2. Ce nouveau variant du Covid-19 qui proviendrait d’Afrique du Sud, est surveillé par certains épidémiologistes comme le lait sur le feu. Il a fait l’objet d’une étude préliminaire de l’Institut national des maladies transmissibles d’Afrique du Sud publiée le 26 août. Si ces éléments doivent encore être confirmés par une étude plus approfondie, voilà ce que l’on sait du nouveau virus.

Le variant a été repéré en Afrique du Sud et est présent dans d’autres pays

Ce variant a été répertorié pour la première fois en Afrique du Sud. Il a depuis été détecté dans sept autres pays, nous apprend l’étude, comme en Angleterre, en Suisse, au Portugal, à l’île Maurice, en Chine, en République démocratique du Congo, et en Nouvelle-Zélande, détaille l’épidémiologiste et économiste de la Santé américain, Eric Feigl-Ding, sur son compte Twitter.

Le nouveau variant est très différent du virus originel

Détecté pour la première fois en mai 2021, le C.1.2 descendrait du variant C.1, répertorié pour la première fois en janvier 2021. Le C.1.2 a « muté de manière substantielle » et s’éloigne davantage du virus original détecté à Wuhan « que tout autre variant détecté jusqu’à présent dans le monde entier », relate l’étude. Ce variant aurait un taux de mutation de 41,8 mutations par an, soit un taux 1,7 à 1,8 fois plus rapide que la moyenne de tous les autres variants.

Cela signifie que ce variant a muté si rapidement et si profondément qu’il est maintenant le variant qui a le plus muté à ce jour, commente Eric Feigl-Ding.

L’augmentation des cas est similaire à celle observée pour le variant Delta

En mai, on ne comptait que 0,2 % de ce nouveau variant parmi les génomes séquencés en Afrique du Sud. Ils représentaient 1,6 % en juin, puis 2 % en juillet. L’augmentation des cas est similaire à ce qui avait été observé pour les variants Beta et Delta, rapporte l’étude.

Ses auteurs notent que cela coïncide avec le modèle d’émergence d’autres « variants très préoccupants », une catégorie de variants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont les mutations pourraient rendre les vaccins moins efficaces.

Les vaccins et anticorps pourraient être inefficaces face à ce variant

« Les scientifiques ont souligné que la combinaison de ces mutations, ainsi que les changements dans d’autres parties du virus, aideraient probablement le virus à échapper aux anticorps et aux réponses immunitaires, y compris chez les patients qui ont déjà été infectés par les variantes Alpha ou Beta », s’alarme l’étude.

Bien que le taux de contagiosité précis, la gravité ou l’efficacité des vaccins face à ce nouveau variant ne sont pas encore connus, relève Eric Feigl-Ding. Il faut s’en tenir au principe de précaution, plaide-t-il, en évitant les grands rassemblements, et en accélérant la vaccination qui permet d’éviter l’apparition de nouveaux variants. Car plus le virus circule, plus il est susceptible de muter. Selon l’épidémiologiste, le C.1.2. serait déjà surveillé de près par l’OMS.