Accueil International France: Le président Adama Barrow reçu à l’Elysée

France: Le président Adama Barrow reçu à l’Elysée

Le président gambien Adama Barrow effectue une première visite officielle de deux jours en Europe. Au menu : rencontre avec François Hollande à Paris, puis direction Bruxelles. Principal objectif de cette mission : relancer la coopération, en premier lieu économique, entre la Gambie et l’Europe, mise à mal lors des dernières heures du régime Jammieh.

Fin janvier, les diplomates européens avaient de manière unanime salué un « changement démocratique pacifique » lorsque Adama Barrow avait pu regagner Banjul en tant que président élu.

C’est donc sous des auspices favorables que le nouveau président gambien entame cette tournée, à Paris et Bruxelles, avec pour mission la relance des relations entre son pays et l’Union européenne. Des relations en dent de scie courant 2015 en raison des instabilités du régime de l’ex-président Jammieh.

Selon une source officielle gambienne, citée par RFI, « les caisses de l’Etat sont vides, il nous faut relancer les partenariats ». Adama Barrow compte donc profiter de la nouvelle image que renvoie la Gambie, celle d’une alternance démocratique.

A Paris, Adama Barrow s’est entretenu avec le président français François Hollande, en présence du ministre de l’Economie et des Finances. Un rendez-vous est aussi prévu avec le patronat français et avec le directeur de l’Agence française de développement.

Aide financière européenne

En 2010, l’UE avait annulé l’octroi d’une aide budgétaire de 22 millions d’euros, en arguant de préoccupations concernant les droits de l’Homme et la bonne gouvernance. Point d’orgue de ces crispations entre Banjul et Bruxelles: l’expulsion en juin 2015, de la représentante de l’UE à Banjul.

Bruxelles a annoncé vouloir débloquer 75 millions d’euros pour financer des mesures d’aides immédiates. Il s’agit d’une aide pour les populations vulnérables et pour réhabiliter les routes. L’UE étudie le versement de 150 millions d’euros à moyen terme, pour réformer l’Etat de droit et créer des emplois.

Dans une allocution télévisée, le président gambien en poste depuis 22 ans, Yahya Jammeh annonce qu'il quitte le pouvoir.

Dans une allocution télévisée, le président gambien en poste depuis 22 ans, Yahya Jammeh annonce qu’il quitte le pouvoir.
©Gambia State TV via AP

La Gambie, petit pays d’Afrique de l’Ouest enclavé dans le Sénégal, à l’exception de sa façade atlantique, s’était retrouvé plongée dans une grave crise lorsque l’ex-président Jammeh avait annoncé le 9 décembre qu’il ne reconnaissait plus les résultats de la présidentielle, donnant la victoire à Adama Barrow. Yahya Jammeh dirigeait le pays d’une main de fer depuis 22 ans.

Le président élu acclamé par la foule, à Serrekunda, Gambie, le 26 janvier 2017. 

Le président élu acclamé par la foule, à Serrekunda, Gambie, le 26 janvier 2017.
©AP Photo/Sylvain Cherkaoui

Le samedi 21 janvier, le dictateur quittait la Gambie, pour trouver asile en Guinée équatoriale. Ce n’est que le  jeudi 26 janvier après-midi que le nouveau président gambien Adama Barrow, est enfin revenu du Sénégal où il s’était réfugié deux semaines plus tôt.

Le président élu, Adama Barrow, lors de sa prestation de serment, le 18 février 2017, à Banjul (Gambie).  

Le président élu, Adama Barrow, lors de sa prestation de serment, le 18 février 2017, à Banjul (Gambie).
©AP Photo/Kuku Marong

Cette visite coïncide avec l’annonce du dépôt de 239 candidatures pour les élections législatives prévues le 6 avril 2017. L’Assemblée nationale compte 53 députés: 48 élus et cinq nommés par le président, pour un mandat de cinq ans. La campagne démarre ce mercredi 15 mars.