L'Actualité en Temps Réel

Le présumé vi0l, l’arrestation, les émeutes et les morts :Retour sur l’affaire Adji SARR/Ousmane SONKO

0

L’année 2021 a été très mouvementée au Sénégal. Avec l’affaire opposant la masseuse Adji Rabi SARR et l’opposant Ousmane SONKO, le pays a failli tomber dans le chaos, pour une histoire de vi0l présumé.

Le 03 février 2021, une jeune sénégalaise du nom de Adji Rabi SARR portait plainte auprès de la Brigade de Recherches de la Gendarmerie Nationale contre Monsieur Ousmane SONKO, député à l’Assemblée nationale et Président du parti « PASTEF LES PATRIOTES ».
Elle l’accuse de vi0ls répétés et de menaces de mort.
Après consultation, du sperme a été trouvé sur la plaignante. Et le spécialiste consulté confirme que le dernier rapport sexuel entre Adji SARR et son bourreau présumé daterait du mardi 2 février 2021, dans la soirée.
Accusé de viols et de menaces de mort, Ousmane SONKO a nié à travers un communiqué.
Une enquête est ouverte.

 

Les détails du présumé vi0l selon Adji SARR

Agée de 20 ans, la plaignante, une masseuse a détaillé les faits lors de son audition.

« Un jour, Ousmane SONKO s’est présenté à notre cabinet de massage pour des soins de son corps. Par hasard, c’est moi qui ai ouvert la porte et je me suis rendu compte que c’était le président SONKO. Il est donc directement parti dans la cabine sans passer par la salle d’attente. Il m’a alors demandé quels types de soins nous avons ici. Je lui ai répondu que nous avons des soins tonifiants, sportifs, à quatre mains et du gommage du corps. Il a pris l’option du tonifiant car se disant très fatigué ce jour. Je lui ai alors fait tout le massage. A la fin, je lui ai dit que le massage était fini mais il est resté couché. Je lui ai encore répété « tonton le massage est fini ». Il m’a alors demandé si je le reconnaissais. J’ai dit non et je lui ai rétorqué que je n’ai pas besoin de le connaître. Il m’a dit : « je sais que tu m’as reconnu parce que n’importe quelle fille aurait voulu être à ta place ». Il m’a demandé si je ne voulais pas quelqu’un qui me soutienne pour m’offrir de l’argent. J’ai encore répondu non et que si je voulais cela, je sais où le faire. Il m’a encore menacée de me faire perdre mon boulot. Il me dit que la seule manière de garder mon boulot est de le satisfaire parce qu’il est un client important de la boite et que si ma patronne venait à l’apprendre, je serais renvoyée. N’ayant pas le choix, je me suis déshabillée et je me suis couchée sur la table où je lui faisais le massage. Je tiens à préciser que c’est la première fois que je faisais un rapport sexuel ».
Elle déclare avoir été violée à plusieurs reprises : le 21 janvier, le 31 décembre, le 1 janvier et le 02 février.
A la question de savoir : « Ousmane SONKO a-t-il votre téléphone ?, « Oui, il a mon numéro », répond Adji SARR.
« Ousmane SONKO vous a-t-il une fois contactée ? », « Non, il ne l’a jamais fait », répond Adji SARR dans le même procès-verbal où elle déclare, pourtant, avoir reçu un message de SONKO pour la prévenir qu’il arrivait à l’institut de beauté.
« La plaignante Adji SARR évoque dans sa plainte un message écrit par le mis en cause lui disant qu’il arrivait à l’institut de beauté. A la question de savoir si elle avait toujours le message, elle déclare l’avoir supprimé », renseigne toujours le procès-verbal d’audition.
Cependant, la deuxième masseuse présente le jour où le présumé viol sur Adji SARR aurait eu lieu, Mama Ba a déclaré qu’à un moment, elle est sortie de la pièce laissant seuls Ousmane SONKO et Adji SARR. Et, elle n’a rien entendu qui pourrait expliquer qu’une personne se faisait violer à coté. Elle ajoute qu’elle n’a pas entendu de cri ni d’appel au secours d’Adji SARR, note le quotidien l’observateur.

Allant dans la même veine, la patronne de Adji SARR et propriétaire du salon  »sweet beauty », Ndeye khady NDIAYE dément et parle de complot contre Ousmane SONKO.

 

Pour son audition SONKO appelle à la résistance parle de cabale politique et crée

Convoqué après ouverture d’une enquête, Ousmane SONKO s’est retranché derrière son immunité parlementaire pour refuser de déférer à cette demande des gendarmes.

Pour se conformer à la procédure prévue en la matière, le procureur de la République a saisi le juge d’instruction compétent qui a sollicité la levée de l’immunité parlementaire du député.

C’est ainsi que l’Assemblée nationale régulièrement saisie de la demande et en application de l’article 53 de son règlement intérieur, a engagé la procédure et a mis en place la Commission ad hoc prévue par la loi, à l’effet d’examiner la demande.
L’immunité levée, le juge a adressé une convocation à Ousmane SONKO à se présenter devant lui aux fins d’audition, pour la date du 03 mars 2021.

A la veille du jour de son audition, le leader de PASTEF a demandé à la jeunesse de se mobiliser pour l’accompagner au tribunal, car, il est victime de cabale politique. Jour-j, des milliers de personnes accompagnent son cortège, mais, celui-ci sera arrêté pour un changement d’itinéraire par les gendarmes. Face à la témérité du présumé  »vi0leur » à ne point changer son itinéraire, des affrontement ont éclaté entre les forces de l’ordre et ses partisans. Ainsi, en plus des faits visés en premier lieu, SONKO est arrêté pour les délits de rébellion, des manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique.

 

Les trois jours de chaos suivis…

 

L’arrestation de Ousmane SONKO le 3 mars 2021 a déclenché des émeutes toutes les régions du pays sauf Matam (13/14). En effet, des manifestations et émeutes se sont multipliées à Dakar et dans plusieurs villes du pays. Les troubles qui secouent depuis trois jours la capitale sénégalaise sont en effet les plus graves depuis des années dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, considéré comme un îlot de stabilité, note nos confrères opale magazine. De nombreux magasins et commerces avaient été pillés ou saccagés.
Selon le Mémorandum du gouvernement sur les évènements de Février- Mars 2021 : 10 sont décédées. Cependant il est recensé 02 corps sans vie supplémentaires, dont 01 non identifié et 01 autre, malade mental de son état, ramassé dans la rue par les Sapeurs-pompiers lors des manifestations. Leur décès ne serait pas lié aux manifestations
303 ont été blessés civils, 100 coté force de l’ordre blessés. Concernant les édifices et biens publics 145 ont été saccagés par les émeutiers pour 139 pour le secteur privé.

 

…Un contrôle judiciaire avec des conditions

Conduit au tribunal tôt dans la matinée du 8 mars, l’opposant Ousmane SONKO a obtenu une libération et un placement sous contrôle judiciaire, « assorti de certaines conditions ».
Cependant, il se voit dans l’obligation de remettre son passeport aux autorités, et devra demander l’autorisation du juge s’il souhaite voyager. Le leader du Pastef devra également se présenter chaque dernier vendredi du mois devant le juge, indique son avocat Joseph Etienne NDIONE. Il devra également se mettre à disposition des enquêteurs, au cas où le juge saisirait la police ou la gendarmerie dans le cadre de l’enquête qui vise l’opposant, précise l’avocat.

Par ailleurs, « s’il est libre de continuer à s’exprimer en tant qu’opposant politique », Ousmane SONKO a l’interdiction d’évoquer devant la presse ou en public le dossier de vi0l dans lequel il est mis en cause, renseigne jeuneafrique.

 

Fanta DIALLO BA-senegal7

laissez un commentaire