Accueil Une Le Chef de l’Etat dans le Saloum : L’échec d’une campagne agricole...

Le Chef de l’Etat dans le Saloum : L’échec d’une campagne agricole qui se dévoile

En tournée dans le Saloum, le chef de l’Etat Macky Sall a tenu à rassurer les agriculteurs  sur la campagne agricole et les mesures d’urgence entreprises par le gouvernement. Mais le moins qu’on puisse dire est que  faute de points de vente et d’un prix au kilogramme d’arachide viable, les paysans sont en train de brader leurs récoltes. La campagne arachidière a déjà accusé un cuisant échec.

Ouverte depuis  décembre dernier, la campagne agricole de cette année a démarré sur des chapeaux de roue, nonobstant l’excédent de production dont le Président de la République fait état en marge de l’inauguration du tronçon Kaolack-Fatick, ce lundi. Très sensible aux complaintes des agriculteurs sur les ratés de cette campagne arachidière qui n’augure rien de bon pour le monde rural, le chef de l’Etat a indiqué que le gouvernement décaisse quotidiennement 600 à 800 millions de francs CFA pour l’achat d’arachide. Mais conscients des difficultés qui minent ce secteur névralgique  qui fait nourrir plus de 70 pour cent de la population sénégalaise, le Président Macky a demandé au gouvernement de parer au plus pressé en multipliant les points de vente au niveau national. « Selon les dernière statistiques, du 31 janvier 2018, nous sommes à  1950700 tonne collectés, alors que nous étions à 181 700tonne collectés, l’année dernière à la même période. Pour le moment,39 000 tonnes ont été exportés et nous visons entre 200 et 300 000 tonnes d’arachide exportés chaque année », s’enquit le chef de l’Etat. Mais les agriculteurs  ne sont pas encore sortis de l’auberge puisqu’ils sont en train de brader leurs récoltes faute de points de vente et d’un prix au kilogramme au rabais. Le gouvernement leur demande d’attendre mais comme ils n’ont comme  moyen de subsistance que l’arachide, la plupart d’entre eux ont déjà bradé la moitié leurs récoltes. Certes à quelques mois de l’élection présidentielle, les promesses d’un accompagnement tout azimut de la campagne arachidière du chef de l’Etat sont partout relayés par les médias mais sur le terrain il en est autrement  de l’avis d’une bonne partie des agriculteurs du pays. Et en raison des secteurs  de la technologie numérique tels que les télécommunications et Internet, les subventions   qui accompagnaient la campagne agricole ont été délaissés au profit de ces secteurs porteurs.

Senegal7.com