Accueil Actualités Recomposition : Les épreuves font-elles le chef de l’opposition ?

Recomposition : Les épreuves font-elles le chef de l’opposition ?

Du président Wade au président Sall,le statut du chef de l’opposition a toujours été agité au sein du landerneau politique national, mais jamais il n’a été matérialisé pour un renforcement de notre démocratie. Egalement, les acteurs politiques  ont toujours refusé de s’adosser sur les statistiques de la présidentielle dernière pour déterminer de facto le chef de l’opposition. Mais avec l’affaire Sweet Beauté, l’on comprend dès lors que ce sont les épreuves qui font le chef de l’opposition et non le contraire !

Au Sénégal, le statut du chef de l’opposition et les avantages y afférant n’est jamais offert  aux acteurs politiques sur un plateau d’or. La preuve, le président Wade a été le premier sénégalais à l’agiter sans lui donner un contenu palpable.

Après lui, c’est au tour du président Macky d’en faire une priorité pour, espère-t-il, renforcer la démocratie sous nos cieux. Mais au final, les sénégalais se sont rendus compte que ce statut de  n’était qu’un os agité qu’il fallait lancer aux opposants afin de leur permettre de  le grignoter sans fin.

C’est donc un subterfuge savamment utilisé par ces chefs d’Etat pour mieux appâter  leurs adversaires politiques et enfin les diviser. L’affaire Sweet Beauté est donc partie pour démontrer que sous nos cieux, le statut du chef de l’opposition s’acquiert par les forceps.

C’est à dire par les dures épreuves comme celles que vivent présentement les sénégalais avec l’arrestation du leader de Pastef et les accusations de viol et de menaces de mort  qu’on lui impute supposément.

Une nette recomposition politique est à présent  enclenchée au sein du landerneau politique national et Ousmane Sonko semble la diligenter en fonction de l’adversité. Ce qui veut dire sans ambages que ce statut du chef de l’opposition s’acquiert par un parcours du combattant tenace  à l’instar du leader de Pastef Les Patriotes.

Le constat est regrettable mais la culture de l’élégance démocratique qui donne à tous les acteurs politiques les droits que leur confère la charte fondamentale n’est pas encore de mise sous nos cieux. L’espoir est donc permis tant que la démocratie se conquiert dans le temps !

Assane SEYE-Senegal7