Revaloriser la fonction d’enseignant : C’est redonner à l’école sénégalaise son lustre d’antan

0

L’école sénégalaise souffre de tous les maux inimaginables et l’enseignant  reste le parent pauvre de notre système éducatif. Et la volonté de façade affichée par l’Etat pour un règlement  acceptable de  la question éducative  survit aux différents régimes qui se sont   succédé. Pour le commun des mortels, il est temps de donner à l’enseignant la place qui est la sienne pour que l’école sénégalaise retrouve son lustre d’antan.

L’école sénégalaise continue de souffrir de tous les maux  à cause notamment  des grèves cycliques qui  l’indisposent depuis  longtemps, et leurs  conséquences sur les résultats de ces dernières années. Certes des acquis importants ont été notés   mais le gouvernement résigne toujours à procéder à l’application correcte  des protocoles d’accords signés depuis février 2014  avec les syndicats d’enseignants. Même les Khalifes généraux, à l’instar du vénéré Serigne Mbaye Sy Mansour, ont joué les bons offices pour  afin de sauver l’école sénégalaise mais le gouvernement peine toujours à prendre à bras-le-corps les revendications effectives des syndicats d’enseignants. Au demeurant, une réflexion de fond s’impose. L’enseignant n’est pas un « éphèbe hélé » à qui l’on demande de faire face au tableau noir, craie à la main, au détour d’un chemin. Sa  noble vocation tributaire de son cursus exceptionnel et de sa formation pédagogique avérée, le prédispose à inculquer les Bases solides de la connaissance aux citoyens habilités. Ainsi, il ne saurait en aucune façon  être le dindon de  farce des systèmes politiques sans vision prospective du savoir.  La noblesse de son art reste transversale à tous  les secteurs de la vie nationale. Et dans chaque classe dit-on souvent, il y a le Bic d’un Président de la République. C’est dire que l’enseignant est celui qui   forme tout le monde, y compris la Première Institution. Donc, tout le monde lui doit  irrémédiablement  un Grand Respect. Le second aspect de notre réflexion est surtout axé sur son traitement  numéraire extrêmement déficitaire. Et les stéréotypes à son encontre ne manquent pas : l’enseignant est pingre, hyper endetté, ne peut être véhiculé…, etc. Mais  comment peut-il  en être autrement quand on sait que « toutes les études menées sur le régime indemnitaire de la Fonction Publique ont toujours révélé que  l’enseignant est le parent pauvre du système. Cette inégalité notée entre lui et les autres fonctionnaires et non-fonctionnaires découle des indemnités importantes octroyées à ces derniers au début des années 2000. Des enseignant(e)s de même qualification professionnelle n’ont pas le même traitement salarial en raison de leurs différences de statut quand bien même, ils  sont soumis aux mêmes obligations de résultats ».En vérité,  l’enseignant souffre  d’une discrimination  qui ne dit pas son nom surtout dans un contexte de mondialisation qui lui confère un statut planétaire. Aujourd’hui, sa responsabilité professionnelle  s’est accrue avec la percée cyber technologique. La pédagogie virtuelle lui recommande d’être mieux outillé financièrement pour être dans les dispositions de « partage virtuel » de la connaissance avec ses élèves. Car les terminaux de connaissance restent inépuisables sur la galaxie Internet. Une école sénégalaise performante et apaisée passe nécessairement par la revalorisation tout azimut de l’enseignant. Et le grand hic noté est patent : ce que l’Etat   refuse de lui concéder en termes d’avantages professionnelles  est quotidiennement distribué dans des mondanités politiciennes.

Senegal7.com                                                                                                                                                      

 

Leave a comment