Accueil Actualités Jean Meissa Diop sur la couverture de la Présidentielle : « Ni hébergement,...

Jean Meissa Diop sur la couverture de la Présidentielle : « Ni hébergement, ni repas, ni transport aux journalistes »

On en est encore là ; à demander ou à se demander si un candidat à une élection doit prendre en charge (hébergement, restauration, transport et éventuelles gratifications) des journalistes couvrant son périple. Non, de l’avis de Jean Meissa Diop.

Le débat est encore relancé si le journaliste qui accompagne un candidat à l’élection présidentielle doit  bénéficier de ses faveurs (hébergement, restauration, transport et éventuelles gratifications) tout en couvrant ses activités ? A l’évidence, Avis d’Expert du Journaliste Jean Meissa Diop apporte un éclairage sur cette problématique. Selon l’auteur, un homme politique en tournée électorale ne doit, n’a dû et ne devra rien à un journaliste. Ce dernier est dans la caravane du politicien parce qu’il est à la recherche de l’information, une tâche pour laquelle sa rédaction le paye. Une tâche aussi ordinaire que toutes les autres que le journaliste accomplit sans attendre autre chose qu’obtenir l’information exacte et intéressante, et dont la publication ou la diffusion profitera à l’organe de presse qui envoie le reporter, indique-t-il. Pour Jean Meissa, le journaliste doit impérativement éviter de telles faveurs au risque d’être à la merci de ce politicien qui peut indubitablement lui demander des comptes,informe Enquête. Et citant la mise en garde du journaliste Moriba Magassouba, l’auteur d’avis d’expert  avance : « Accepter ce genre de pratiques, c’est en quelque sorte cautionner l’achat de conscience ! Ça commence par une prise en charge et ça se termine par une enveloppe ! Et d’ajouter : «  pour  une question d’éthique, aucun journaliste digne de ce nom ne devrait cautionner de telles pratiques, même si elles sont courantes ! (…).

Assane SEYE-Senegal7