Accueil Actualités Le fils de Al Amine défend son père : Une...

Le fils de Al Amine défend son père : Une réponse Saleh à Mahmoud

Le fils de Junior n’y  est pas allé par quatre chemins pour adresser un « fatwa » explosif à Mahmouth Saleh qui, dans la livraison  du 11 avril du journal l’Observateur, s’en prenait à Serigne Mansour Sy Djamil. C’est au regard de la double dimension temporelle et spirituelle  de  Serigne Mansour Sy Jamil que Abdou Sy, le fils du défunt Khalife général des Tidianes a pris sur lui pour dresser un chapelet d’enseignement spirituel à Saleh qui ne semble rien comprendre de Djamil.

Pour  apporter une raclée à Mahmoud Saleh par rapport à sa virulente sortie sur Serigne Mansour Sy Djamil,Abdou Sy, fils de Junior a d’abord retracé les relations séculaires entre le spirituel tidiane et le temporel  marqué par des relations en dents de scie mais empreintes de cordialité. Ensuite il a démontré que Tivaouane a été certes modernisé par la réalisation de grandes infrastructures sous Macky mais cela n’a pas empêché à la tariqa tidiane de se mettre à dos de toute forme de diktat du temporel en déphasage avec les préceptes de leur tarikha. Au niveau spirituel, le fils de Junior a présenté Serigne Mansour Sy comme un  Mouqadam, dépositaire d’un Idjaza authentique imbu de la chaine de transmission confirmée remontant jusqu’à Aboul Abass Cheikh Ahmed Tidijani Cherif.Par conséquent, indique-t-il, c’est ignorer les préceptes de la Tariqa Tidiane que de demander à des confrères de critiquer un maitre confirmé de la voie pour ces positions politiques, sans relation directe avec notre foi. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Junior-fils  a expliqué qu’il ne dénie à personne le droit de critiquer un adversaire politique serait-il un Cheikh de la plus haute hiérarchie spirituelle de la tariqa. Mais de là, à demander aux disciples tidianes de se substituer aux politiques pour porter l’estocade à un maitre de la voie, relève d’une méconnaissance profonde des préceptes de la tijaniya en matière de respect de la hiérarchie spirituelle, soutient-il. Mais  le défenseur de Serigne Mansour Sy Djamil a tenu à préciser que la démocratie intraconfrérique a toujours été de mise entre les tenants des différentes branches de la tariqa. Mais pour lui,le religieux doit assumer pleinement son rôle de contre-pouvoir sans être contre le pouvoir au risque de créer une crise institutionnelle. Il a indiqué par la même occasion qu’il ne refuse  à aucun politique le droit de défendre sa chapelle ou d’invectiver ses adversaires, mais il s’agira  pour Mahmoud Saleh de savoir raison garder, infère-t-il.

Senegal7.com