Accueil Actualités Forces Covid-19 : Sonko dénonce un déficit de transparence et pulvérise Macky...

Forces Covid-19 : Sonko dénonce un déficit de transparence et pulvérise Macky (Communiqué)

corona

Depuis leur rencontre avec le Chef de l’Etat Macky SALL, les leaders de l’opposition s’étaient murés dans un mutisme gênant. Un d’entre ces opposants vient de briser le silence. Il s’agit de Ousmane SONKO. La Coalition JOTNA/Patriotes pour l’Alternative qu’il dirige a pondu un communiqué dans lequel elle dénonce un déficit de transparence dans les dépenses liées au covid-19 et note un manque notoire de coordination du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, sociale et économique engendrée par le coronavirus. Sans oublier les pouvoirs excessifs dont dispose Macky SALL qui n’ont eu aucun impact positif sur la gestion de la crise sinon l’improvisation, la lenteur, le manque de coordination, le pilotage… Senegal7 vous propose in extenso, le communiqué parvenu à sa rédaction.

La coalition JOTNA/Patriotes pour l’Alternative réitère sa solidarité au peuple sénégalais devant la pandémie de Covid-19 qui s’est installée dans notre pays. Nous appelons la population sénégalaise à respecter les règles de prévention individuelle et collective édictées par les autorités sanitaires pour enrayer la progression de l’épidémie dans notre pays.

Nous présentons nos condoléances aux proches des personnes décédées et formulons des vœux de prompte guérison à tous les patients contaminés par le Covid-19. Nous saluons l’abnégation des agents du secteur de la santé et des forces de sécurité qui sont en première ligne sur le front de la lutte contre la pandémie.

La coalition JOTNA s’inquiète toutefois du déficit de transparence noté dans les dépenses liées au covid-19, qui sous le prétexte justifié d’urgence, donne lieu à un « coronabusiness » profitant indument à des groupes politico- affairistes proches du pouvoir.

Au-delà de l’opacité notée dans la passation des marchés et de la lenteur constatée dans l’exécution, les critères de sélection des ménages vulnérables bénéficiaires de l’aide alimentaire d’urgence ont été viciés par des pratiques clientélistes et teintés de népotisme. L’exigence de transparence risque d’être un vœu pieux avec la mise en place tardive d’un « Comité de Suivi et de Mise en œuvre des Opérations du Fonds Force- Covid-19 » doté de compétences ornementales et composé majoritairement de politiciens membres de la majorité présidentielle et de fonctionnaires liés par leur devoir de réserve et le lien de subordination.

Le peuple échaudé par les scandales à répétition du régime de Macky Sall, s’attendait à la mise en place d’un véritable comité de pilotage des opérations, composé de personnalités indépendantes et intègres, comme l’avait annoncé le Président de la République. En réalité le Président Macky Sall, comme à son habitude, a profité de la crise sanitaire pour s’arroger tous les pouvoirs en mettant en quarantaine l’Assemblée Nationale, les collectivités territoriales et les organes de contrôle.

Cette concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un seul homme a pour résultat l’improvisation, la lenteur, le manque de coordination, le pilotage à vue et la faible pédagogie du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, sociale et économique engendrée par le coronavirus.

La question du port obligatoire des masques, de l’utilisation de l’artemisia et du Covid Organics, de la décision initiale de vente exclusive de pain dans les boulangeries, sont emblématiques de cette cacophonie gouvernementale qui laisse transparaitre des guerres de positionnement entre
ministères.

L’arrêté du Ministère de l’Intérieur du 19 avril 2020 prescrivant le port obligatoire de masque durant l’état d’urgence dans les lieux publics et les lieux de travail, omet d’indiquer les caractéristiques des masques à porter. Ce n’est que le 24 avril 2020 que l’arrêté interministériel n°9450 du 24 avril 2020, rendant obligatoire la certification de conformité des masques barrières à la marque nationale de conformité (NS Qualité-Sénégal) sera publié; il sera suspendu moins de 48 heures plus tard pour caducité, par le biais d’un simple communiqué du Ministre chargé de l’Industrie, sans respect du parallélisme des formes et des procédures.

En effet, le peuple sénégalais, faisant preuve de résilience et de bon sens, n’avait pas attendu cette mesure salutaire mais tardive pour se protéger avec les masques mis à sa disposition par les artisans tailleurs qui ont pris une longueur d’avance sur la bureaucratie gouvernementale.

Sur la question de l’utilisation de l’artemisia, dans le traitement des malades du covid-19, nous encourageons le gouvernement dans cette option d’explorer les remèdes locaux et les savoirs endogènes issus de la médecine traditionnelle. Nous devons apprendre à compter résolument sur nos propres forces et à faire confiance au génie créateur des peuples africains.

Le Sénégal ne dispose toujours pas malheureusement d’un cadre légal d’exercice de la médecine traditionnelle, malgré l’existence d’un projet de loi dans le circuit d’adoption depuis 2017 et la recommandation de l’OMS appelant tous les pays à élaborer des politiques, des réglementations et des normes nationales dans le cadre d’un système de santé national complet pour promouvoir l’usage approprié, sûr et efficace de la médecine traditionnelle.

Nonobstant ces nombreux impairs et dysfonctionnements, la Coalition JOTNA/Patriotes pour l’Alternative encourage l’Etat à faire mieux et plus et réitère sa solidarité au peuple sénégalais dans cette dure épreuve que le monde traverse.

Dakar le 10 mai 2020
Coalition JOTNA/Patriotes pour l’Alternative