Accueil Actualités Présidentielle 2019 : L’effritement du Ndiguel inquiète le Macky !

Présidentielle 2019 : L’effritement du Ndiguel inquiète le Macky !

La présidentielle de 2019 approche à grands pas au moment où pouvoir comme opposition rivalisent de balai diplomatique au niveau des cités religieuses. Certes, la conscience citoyenne en est venue à rendre  le principe du Ndiguel  obsolète au gré des régimes. N’empêche, le pouvoir central  a toujours fait de ce rituel un  premier choix en termes de grands électeurs. Mais au vu de la dispersion des affinités religieuses en fonction de l’électorat national, le vote religieux ne présage rien de bon pour la majorité.

Depuis des lustres, les cités religieuses ont toujours   été proches du pouvoir central. Et  ce fait historique s’est perpétué même après l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. Grands pourvoyeurs d’électeurs et dotés d’une dimension éminemment spirituelle, les chefs religieux font aussi office de grands régulateurs pour  la stabilité du pays. Mais pour le Ndigel, la prise de conscience citoyenne en est arrivée à l’effriter au grand dam d’un pouvoir central qui ne lésine sur aucune  prouesse pour  le préserver. La modernisation des cités religieuses est la trouvaille la plus indiquée du Président Macky pour rester proche de ces « grands électeurs » religieux. Mais Tivaoune, Touba, Niassène, Layènes, Khadrya, et j’en passe, n’émettent pas tous sur la même longueur d’onde  en ce qui concerne le vote religieux. Si Serigne Modou Kara Mbacké soutient personnellement Macky, cela ne veut nullement dire que le Pvd est dans le coup. Serigne Moustapha Sy a quant à lui affiché sa proximité avec le maire de Dakar, Khalifa Sall présentement dans les liens de la prévention. Touba n’est toujours pas tombé dans l’escarcelle du pouvoir. Tivaouane donne des gages à partir de la dernière déclaration du nouveau Khalife avec son fameux : « jamais un sans deux ».Récemment, la présence du chef de l’Etat au Daaka augure d’une bonne prise. Serigne Béthio Thioune reste  pour l’heure imprévisible. Ce qui fait que la configuration théorique du vote religieux reste assez aléatoire au niveau national. Ainsi, avec l’effritement du principe du Ndiguel susceptible de faire basculer les grands électeurs du coté de l’opposition, le pouvoir de Macky se retrouve forcément dans une posture inconfortable pour la présidentielle de 2019.

Senegal7.com