Accueil Actualités Nomination de Antoine Félix Diome : Souleymane Niang reconnait sa « faute professionnelle »

Nomination de Antoine Félix Diome : Souleymane Niang reconnait sa « faute professionnelle »

Après des propos qu’il a tenu sur la TFM concernant la confession du nouveau ministre de l’intérieur, le journaliste Souleymane Niang a reconnu sa « faute professionnelle ». Il a également présenté ses excuses à la communauté chrétienne. Texte intégral :

Il me revient que certains de mes compatriotes de confession chrétienne ont été choqués par des propos que j’ai tenus lors d’un plateau spécial sur la TFM, des propos relatifs à la nomination du nouveau ministre de l’intérieur, Mr Antoine Félix Abdoulaye Diome.
Avant d’aller plus loin, je voudrais d’abord présenter mes sincères excuses à toutes les personnes, quelles que soient leurs croyances et leurs obédiences, qui ont été blessées, surprises ou déçues par mes mots ; mon intention était bien loin du résultat qu’elle a produit. L’enfer, dit-on, est pavé de bonnes intentions. Mea culpa, mea maxima culpa.
De quoi s’agit-il ? D’abord d’une méprise voire d’une faute professionnelle de ma part, une faute de culture qui m’oblige également à demander pardon au principal concerné : Antoine Felix Abdoulaye Diome. Analysant sa nomination et ignorant que, contrairement à ce que pourrait laisser penser son nom, il n’est pas chrétien, je me suis étonné du fait que, rompant avec une pratique qui commence à s’ancrer, le président de la République à nommé à ce poste une personnalité non musulmane et réputée capable de représenter le gouvernement aux cérémonies officielles du « magal » et des « gamous », avec tout ce que cela exige en termes de connaissance de l’étiquette des milieux maraboutiques et des éléments de langage appropriés (références coraniques, citations des écrits des guides fondateurs des confréries, etc.). Il s’avère que l’actuel ministre de l’intérieur est un musulman et, qui plus est, un talibé mouride convaincu et cultivé. Là s’arrêtait l’intention : relever un fait (qui n’en était pas un, en fin de compte), l’analyser froidement et enrichir la réflexion sur les tenants et les aboutissants d’un événement politique important.
Résultat d’un mal-énoncé, un gros malentendu que je regrette vraiment.
Je comprends ceux qui veulent se fonder sur ce malentendu pour mobiliser leur communauté et défendre leur foi. Je leur demande de ne pas utiliser ma personne pour ce faire. Ceux qui me connaissent savent que je réprouve les extrémismes religieux et autres, d’où qu’ils viennent. Ils savent que j’ai toujours veillé, dans les responsabilités qui m’ont été confiés dans les médias ces dernières décennies, à ce que la communauté chrétienne occupe la place qu’elle mérite dans les programmes (les lettres signées de ma main et certainement archivées à l’Archevêché de Dakar pourront en témoigner, de même que les abbés que les autorités de l’Eglise ont toujours voulu désigner, sur mes demandes, pour animer les émissions catholiques). Une sœur (au sens religieux et amical du terme) catholique, dont je tairai le nom parce que je ne lui ai pas demandé sa permission, témoignera de l’affection très amicale qui nous lie au point qu’elle me passait régulièrement des coups de fil pour s’enquérir de ma vie et qui, une fois, pour respecter son vœu de pauvreté, m’a invité à déjeuner pour dépenser quelque argent que lui avait gentiment envoyé par une bonne mère religieuse vivant en France.
Bien qu’issu d’une famille musulmane qui a produit de nombreux imams (dont mon propre frère qui fut l’imam de l’université de Dakar, des grands parents, des oncles, même des cousins) et des gens de bien sur des générations – et malheureusement un pécheur comme moi aussi -, je me sens béni d’avoir eu l’occasion de visiter des lieux saints ou très importants de la chrétienté : l’Eglise de la Nativité à Béthleem, le Saint-Sépulcre à Jérusalem, la cathédrale de Reims (France), la cathédrale de Cologne (Allemagne). J’ai parcouru les 14 étapes du Chemin de Croix et j’ai ressenti sincèrement de la compassion à l’évocation du calvaire du Christ.
A Béthleem (où mon excellent ami, frère et confrère Boubacar Seck, alors directeur de publication du quotidien Le Matin, avions décidé de nous rendre – en plein mois de ramadan – en marge du programme d’une aimable invitation de l’ambassade d’Israël en novembre – décembre 1999), j’ai ressenti autant d’émotion à me pencher sur le lieu de naissance du Christ qu’à effectuer deux rakka’at à la mosquée construite par Oumar, le compagnon du prophète Mohamed (PSL), située à quelques encablures de là. Notre seul regret, Boubacar et moi, avait été de n’avoir pu aller faire la prière du vendredi à la Mosquée « Al Aqsa », en raison d’une intervention de la police israélienne sur l’Esplanade des mosquées, ce jour-là. En attendant le jour où j’irai, par la grâce de Dieu, aux Lieux Saints de l’Islam, c’est l’expérience religieuse reste la plus intense que j’ai eue, à ce jour.
Je remercie ceux qui, me connaissant ou pas, m’ont tout de suite accordé le bénéfice du doute. Un ami et confrère m’a dit qu’il s’est demandé s’il s’agissait bien de moi, lorsqu’on lui a rapporté, Dieu sait comment, ce que j’aurais dit de pendable.
Je demande pardon à ceux qui me tiennent dans une telle estime que mes propos les ont plus surpris ou déçus que fâchés, ou les trois, également.
Comme disait le poète Térence, « homo sum, humani nihil a me alienum puto » : je suis un homme et je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger. Je fais mienne toutes les fois qui mènent à Dieu. L’Islam est ma religion, mais je me sens en fraternité avec mes congénères chrétiens et avec toute personne qui aspire à la paix des cœurs.
Mais je n’ai pas l’intention de laisser des sycophantes dire pis que pendre de moi et me vouer aux gémonies. Au regard des longues joutes que j’ai souvent avec des majorités écrasantes (tous mes collègues chrétiens que j’ai eus le long de mon parcours en attesteront), pour défendre les droits des minorités les libertés et pour contrecarrer les extrémismes et les sectarismes, ce serait trop facile.

Souleymane Niang

9 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici