L'Actualité en Temps Réel

L’organisation d’élections bannie : Le jeu démocratique biaisé !

Après les violentes manifestations consécutives à l’arrestation du leader de Pastef Les Patriotes à Dakar et dans plusieurs régions  du payset l’élargissement de ce dernier suite à une forte pression de ses affidés, plus d’une dizaine de jeunes ont perdu la vie et les dégâts matériels incommensurables. Mais la vérité est que tant que le jeu politique n’est pas assujetti à un jeu démocratique inclusif, les risques restent gros de voir le pays basculer de nouveau dans la violence.

Un pays comme le nôtre requiert surtout un pouvoir fort mais aussi une opposition forte afin que la régulation du jeu démocratique puisse observer le respect des principes fondamentaux de bonne gouvernance. L’opposition constitue ainsi  un contre-pouvoir.

Elle permet d’éviter que la majorité, une fois parvenue au pouvoir, n’ait la tentation de mener une politique portant atteinte aux droits et libertés comme c’est le cas présentement avec les violentes manifestations tributaires de l’arrestation du leader de Pastef Les Patriotes accusé de viols et de menaces de mort par la masseuse Adji Sarr.

L’on comprend dès lors que l’ancien ministre Karim Wade tout comme l’ancien maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall ont tous été victimes d’une machination politicienne tendant à les liquider politiquement.

Cette fois-ci, c’était au tour d’Ousmane Sonko de passer à la trappe. Malheureusement, sa liquidation  a avorté puisque c’est tout le pays qui a  dit non à cette façon grotesque de liquider les ténors de l’opposition.

Mais comme le Chef de l’Etat Macky Sall  avait promis de réduire l’opposition à sa plus petite expression, l’on comprend dès lors qu’il avait déjà enclenché le processus.

Après avoir fait tomber Idrissa Seck le second de la dernière présidentielle dans son escarcelle, le revoilà  qui tente de ratisser large au sein de l’opposition. Il avait affirmé être en  discussion avec d’autres candidats. Sûrement, son objectif serait de s’arroger tous les ténors de l’opposition pour mieux asseoir son assise politique et son pouvoir.

Mais ce procédé herculéen  risque d’être préjudiciable au jeu démocratique puisque les sénégalais ont foncièrement besoin d’un équilibre entre le pouvoir central et l’opposition. Car, le jeu politique doit toujours être sous-tendu par un jeu démocratique.

Ce populisme grandeur-nature incarné par le Chef de l’Etat  risque si l’on n’y prend pas garde de biaiser le jeu démocratique et ébranler tous les acquis démocratiques de notre pays.

Et le Sénégal qui a toujours été  une vitrine démocratique en Afrique au Sud du Sahara voit son image écorchée  de par le monde à cause d’une absence d’humilité dans la gestion de notre pays.

Aujourd’hui, le processus électoral doit être revisité et faire l’objet de consensus avec tous les acteurs politiques et les échéances électorales organisées avant qu’il ne soit trop tard !

Assane SEYE-Senegal7