Pris pour un voleur de chèvres : Le charretier passe un sale quart d’heure entre les mains de bergers

Le charretier passe un sale quart d’heure entre les mains de bergers Charretier, Mouhamed Ly revenait d’une course au croisement Niaga. Il est sollicité par une personne non identifiée pour une course vers Sangalkam.

Malheureusement, il est interpellé puis poursuivi par des bergers peulhs qui l’accusent d’avoir volé leurs chèvres. Le procureur a requis l’application de la loi. Le cocher a été relâché au bénéfice du doute.

Mouhamed Ly a échappé de justesse à un lynchage d des populations de Niaga. Selon Moussa Sow, la partie civile, il a été victime d’un vol portant sur six chèvres, la veille de la Korite. «Après avoir mené mes propres investigations avec mes fils dans la journée du 01 mai dernier dans le secteur de Niague et environs, un de mes fils a surpris Mouhamed Ly et son acolyte en train d’embarquer les chèvres à bord d’une charrette.

C’est ainsi qu’il informa Issa, son jeune frère, du forfait qui se dessinait avant de l’inviter à le rejoindre sur les lieux car les malfrats étaient sur le point de prendre la tangente. Ils arrivent juste au moment où Mouhamed et son acolyte tentaient de se fondre dans la nature, relate le Témoin.

Il s’en est suivi une course poursuite au cours de laquelle Mouhamed Ly a été appréhendé par les jeunes bergers et ouvriers de la localité. Son acolyte, quant à lui, a pris ses jambes au cou pour une destination inconnue. « Je vous signale que n’eût été ma présence sur les lieux, la foule allait le lyncher » a relaté la victime.

Pour sa part, le prévenu a soutenu qu’il rentrait d’une livraison de Niague vers Rufisque et qu’en cours de route, un individu l’a intercepté pour transporter trois chèvres à destination de Sangalkam, moyennant la somme de 7500 FCFA.

« Après des pourparlers, on était sur le point de charger les bêtes. Et c’est à ces instants que trois personnes se sont rapprochés de nous détenant des machettes et autres coupe coupe à la main. L’homme qui sollicitait le transport des chèvres a pris la poudre d’escampette. Effrayé, j’ai aussi tenté de m’enfuir mais j’ai été vite rattrapé par la foule sortie massivement », s’est-il défendu.

Le procureur a requis l’application de la loi. La défense, assurée par Me Mamadou Seck, croit qu’aucun événement nouveau n’est intervenu dans l’affaire. « Depuis son arrestation à l’enquête préliminaire en passant par le procureur et à la barre du tribunal, mon client n’a pas varié dans ses déclarations.

Il dit qu’il revenait d’une livraison de Niague lorsqu’il a été intercepté par quelqu’un au croisement pour transporter des chèvres. Aucun événement nouveau n’est venu dire que le prévenu est coupable. Vous verrez que dans cette affaire, l’un des deux fils du propriétaire n’a pas été entendu. C’est lui qui aurait pu nous dire si le prévenu était avec les voleurs ou pas.

Son frère, Issa, entendu à la police, dit qu’il ne peut pas être catégorique que le prévenu faisait partie des voleurs. Je sollicite de le relaxer au bénéfice du doute car aucun élément n’atteste qu’il est un voleur» a plaidé Me Seck. Le tribunal a relaxé le prévenu au bénéfice du doute.

Assane SEYE-senegal7