Accueil Actualités Affaire Teliko : Quand la société civile se démarque de sa...

Affaire Teliko : Quand la société civile se démarque de sa mission de veille !

société

La société civile sénégalaise  est en très mauvaise posture et semble se démarquer de sa mission de veille dans la régulation du jeu démocratique. Sinon comment comprendre que le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), Souleymane Teliko soit autant esseulé par une chancellerie aux abois  et que toutes les organisations de la société civile ne daignent même pas  le défendre. Seydi Gassama et Alassane Dioma Ndiaye se  sont certes prononcés sur cette affaire, mais d’une manière générale, la société civile reste muette comme une carpe au moment où le Macky travaille à intimider des magistrats.

Alors que les acteurs de la justice notamment les magistrats sont toujours à la quête de l’indépendance de la justice pour servir noblement les sénégalais, la chancellerie elle, tente de désagréger le Temple de Thémis pour assouvir ses desseins.

Le Président de la République Macky Sall préside aux destinées du Conseil Supérieur de la Magistrature et son ministre de la Justice s’arroge la vice-présidence.

Du coup, tous les deux ont le parquet dans leur coupole. Et c’est la résultante de toutes les dérives et feuilletons judicaires qui se déroulent  sous nos cieux, malheureusement.

Au sein du landerneau politique national, Karim Wade a été « criblé » par cette « épée de Damoclès », il en est de même pour Khalifa Sall. Ousmane Sonko est pisté pour le moment.

Les Sénégalais savent  en âme et conscience que les magistrats de notre pays sont très bien formés et exercent un travail noble, nonobstant l’engrenage dans lequel le Macky les place.

Les opposants  sont tous voués aux gémonies alors que les proches du président jouissent d’une impunité sans commune mesure. Et cette adversité nous mène à une maxime  qui laisse entendre que « la Justice est le réseau de l’araignée, qui prend les petites mouches et laisse échapper les grandes ».

Aujourd’hui, le pouvoir du président Macky étale toutes ses limites dans la manipulation de la Justice. Le président Souleymane Teliko est en passe d’être liquidé  pour des raisons éminemment politiciennes.

C’est une sorte de casus belli qui est opposée à la  magistrature pour avoir plus de prise sur le « scénario catastrophe » qui se dessine au Sénégal.

L’Union des Magistrats du Sénégal est aujourd’hui perçue comme un « obstacle » à l’épanouissement d’un pouvoir champion de l’impunité, de la mal gouvernance et de la prévarication.

Comment dans cet embrouillamini, les organisations de la société civile de la place peuvent-elles s’emmurer dans un silence à la limite troublante ?

Dans tous les cas de figure, ces organisations de la société civile doivent faire jonction pour faire reculer l’Etat face à cette forfaiture qui ternit l’image  du Sénégal. A contrario, elles auront freiné des quatre fers !

 Assane SEYE-Senegal7

 

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici